Rougeole chez la femme enceinte : le risque de rougeole congénitale

Rougeole chez la femme enceinte : le risque de rougeole congénitale©iStock

Si la rougeole est une infection virale bénigne la plupart du temps, elle peut avoir de sérieuses conséquences lorsqu'elle touche une femme enceinte. Pourquoi ? Qu'est-ce que la rougeole congénitale ?

Publicité
Publicité

La rougeole congénitale, quels risques ?

En cours de grossesse, la rougeole peut exposer la future maman et son bébé à de graves complications. Bien que cette infection virale n'augmente pas le risque de malformations fœtales, elle accroît néanmoins le risque d'avortement spontané (fausse couche) ou de prématurité. Il faut savoir que le virus de la rougeole peut passer la barrière placentaire et entraîner des dysfonctionnements susceptibles de provoquer la mort in utero du fœtus. Chez la femme enceinte, la pneumopathie avec syndrome de détresse respiratoire reste le risque majeur et peut engager le pronostic vital.

La rougeole congénitale, quelle prise en charge ?

Publicité

En cas de contamination par le virus de la rougeole, la femme enceinte se voit généralement injecter des immunoglobulines polyvalentes par voie intraveineuse. Cette stratégie est parfois employée également chez les nouveau-nés de mère ayant contracté la maladie en fin de grossesse. Ces injections réduisent considérablement le risque de complications, mais doivent être effectuées dans les quelques jours qui suivent la contamination. Les signes cliniques, eux, font l'objet d'une prise en charge symptomatologique normale. Dans tous les cas, la femme enceinte et le fœtus feront l'objet d'une surveillance médicale accrue avant, pendant et après l'accouchement.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité