Maladie de Charcot : ne pas confondre avec la maladie de Charcot-Marie-Tooth

Il est fréquent de confondre la maladie de Charcot et la maladie de Charcot-Marie-Tooth. Il s’agit pourtant de deux maladies différentes, bien qu’elles aient toutes les deux une origine neurologique et qu’elles se caractérisent par des atteintes musculaires. Elles portent d’ailleurs d’autres noms qui permettent de mieux les distinguer. Zoom sur ces maladies rares et mal connues.

Publicité
Publicité

© Fotolia

La maladie de Charcot, une pathologie à évolution rapide

Parfois appelée sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Lou Gehrig, la maladie de Charcot affecte les neurones moteurs, les neurones qui assurent le transport des influx nerveux entre le système nerveux et les muscles. Les neurones se dégénèrent et les messages envoyés n’arrivent plus jusqu’aux muscles. La cause de cette dégénérescence est inconnue, bien qu’il existe un facteur héréditaire. La personne a de plus en plus de mal à bouger ses bras, ses jambes et à contrôler les autres muscles de son corps. En principe, la maladie n’affecte pas la santé mentale du patient, mais certaines personnes ont des pertes de mémoire ou entrent en dépression. Elle conduit presque toujours à la mort du patient.

Publicité
La maladie de Charcot-Marie-Tooth, des signes et une évolution différents

Alors que la maladie de Charcot survient en général après 40 ans, celle de Charcot-Marie-Tooth se manifeste pendant l’enfance ou l’adolescence. Le patient est victime d’une fonte musculaire des jambes et des pieds. Il marche en levant les genoux, ses pieds traînent par terre et ses orteils se rétractent. Des troubles similaires apparaissent souvent au niveau des bras. Contrairement à la maladie de Charcot, la maladie de Charcot-Marie-Tooth n’est pas mortelle et le handicap n’est pas si sévère.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité