François Hollande opéré d'une hypertrophie bénigne de la prostate : de quoi s'agit-il ?

Publicité

François Hollande confirme avoir été opéré d'une hypertrophie bénigne de la prostate en 2011. De quoi s'agit-il ? Quelles sont les conséquences de cette intervention ? Medisite vous explique.

Publicité

Secret découvert. Ce matin, le président de la République, François Hollande, a confirmé avoir été "hospitalisé quelques jours" en février 2011 "pour une hypertrophie bénigne de la prostate". L'intervention s'était déroulée au CHU de Cochin. "A la suite de cette intervention aucun suivi médical n'a été jugé nécessaire" a précisé le chef de l'Etat.

Une hypertrophie bénigne, c'est un cancer ?

Non. L'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP ou "adénome") se désigne par une augmentation non cancéreuse des tissus de la prostate. "Si un adénome ne dégénère jamais en cancer de la prostate et n'en augmente pas le risque, il peut évoluer en parallèle et de façon totalement indépendante" explique le Pr Thierry Lebret, urologue. Beaucoup d’hommes présenteront un jour ou l'autre une HBP mais souvent il n’y a pas lieu de traiter. "La prostate grossit tout au long de la vie jusqu'à 70-75 ans, moment de l'andropause, où elle stagne puis régresse." Ainsi 20% des hommes sont touchés avant 60 ans, 40% entre 60 à 70 ans, et 50% chez les plus de 70 ans.

Quelles sont les conséquences de l'intervention ?

Plusieurs traitements peuvent être proposés en cas d'hypertrophie bénigne de la prostate. Des alpha-bloquants, des inhibiteurs de la 5 a-réductase, des baies palmiers nain... Et, lorsque les traitements médicamenteux n'ont rien donné et que les troubles s'aggravent : la chirurgie. Deux techniques peuvent être proposées en fonction du volume de la prostate. Il s'agit de la résection transurétrale par endoscopie pour raboter une partie de la prostate (90% des patients) ou une chirurgie ouverte pour retirer les tissus hypertrophiques sous anesthésie loco-régionale ou générale", explique le Pr Thierry Lebret. Dans 98% des cas, l'adénome est soigné. La chirurgie a par contre un effet secondaire non négligeable : l'éjaculation rétrograde. Au lieu de s'évacuer vers l'extérieur, le sperme part vers la vessie et est évacué en urinant.

Lire aussi :

> Prostate : les signes d'alerte

> Opérations de la prostate : quels risques ?

L'hypertrophie bénigne de la prostate expliquée en images :

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité