Arrêt du tabac : une récompense financière augmenterait les chances de réussite

Publié le 19 Juillet 2019 à 11h24 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Les fumeurs auraient bien plus de chances de renoncer à la cigarette si on leur propose une récompense financière. La somme proposée ne semble pas faire de différence.

Les personnes à qui on propose une récompense financière s’ils arrêtent de fumer seraient “50 % plus susceptibles de renoncer à cette habitude”, selon des chercheurs britanniques. Un petit investissement qui pourrait faire économiser des millions à la sécurité sociale.

Des chercheurs de l’Université d’East Anglia (Royaume-Uni) ont examiné 33 études sur le tabagisme, portant sur 26 000 personnes dans huit pays. Dans ces travaux antérieurs, des récompenses allant de 35 £ à 912 £ ont été proposées aux participants. Certains d’entre eux se sont simplement vus proposer d’économiser leur propre argent, et de se le voir restitué s’ils parvenaient à arrêter de fumer.

50 % plus de chances d’arrêter de fumer avec une récompense financière

Résultat : les fumeurs avaient 50 % plus de probabilités de renoncer à la cigarette après six mois, s’ils étaient motivés par des récompenses financières. Et ce, quel que soit la somme proposée. Proposer de l’argent ou des bons d’achat apparaît donc comme une solution possible pour mettre fin à cette dangereuse dépendance, et ainsi paradoxalement, faire économiser de l’argent aux services de santé.

Le tabagisme est la principale cause de maladies et de décès [évitables] dans le monde”, souligne le Dr. Caitlin Notley, auteure de l’étude. “La plupart des fumeurs veulent arrêter, mais cela peut s’avérer difficile”. En France, on recense près de 16 millions de fumeurs, dont plus de la moitié déclarent vouloir arrêter, selon les chiffres de Tabac info service.

Des résultats probants sur le long terme, même après l’arrêt des récompenses

En analysant ces différents travaux, les chercheurs voulaient “savoir si ces systèmes fonctionnaient réellement à long terme, dans la mesure où l’on pensait que ces motivations [financières] ne fonctionnaient peut-être que pendant la période où elles étaient données”, explique le Dr. Notley. “Nous avons constaté qu’ils aidaient les gens à ne pas fumer, même après la fin du programme de récompenses”.

La scientifique précise que ces programmes ont été utilisés sur des lieux de travail, dans des cliniques et hôpitaux ainsi que dans des programmes communautaires. Les études ont révélé que sans motivation financière, 7 % des personnes seulement réussissaient à arrêter de fumer pendant six mois. Avec une récompense, ce taux de réussite atteignait 10 %.

C’est une augmentation importante, si l’on considère les énormes méfaits du tabagisme et les avantages de son arrêt”, souligne l’experte. “Et cela suggère que les récompenses peuvent être une part non-négligeable d’une approche plus globale pour aider les personnes à stopper le tabac. Autre point important : les taux de réussite ont persisté au-delà de la fin des incitations”.

Le tabagisme coûte plus de 120 milliards d’euros par an à l'État

En 2010, le coût net du tabagisme en France s’élevait à plus de 120 milliards d’euros, d’après une note de synthèse de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, publiée en septembre 2015. En impôt indirect, le tabac coûterait donc 1 846 euros par an à chaque citoyen. D’après le Comité national contre le tabagisme les finances publiques enregistrent un déficit net attribuable au tabagisme de près de 15 milliards d’euros chaque année.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :