Arrêter de fumer : la dépendance comportementale

Tous les fumeurs le savent bien, l’arrêt du tabac n’est pas un long fleuve tranquille. La dépendance dont ils sont victimes est la raison principale des difficultés rencontrées. En effet, le tabagisme engendre une dépendance psychologique, mais aussi comportementale dont il est primordial de reconnaître les signes pour mettre toutes les chances de son côté dans les premières semaines d’arrêt.

Publicité

© Istock

Qu’est-ce que la dépendance psychologique ?

Le fumeur développe une sorte de relation privilégiée avec sa cigarette en fonction de ce qu’il vit au moment où il la fume. Elle peut parfois revêtir un caractère de plaisir, ou aider à se concentrer ou à mieux gérer son stress. C’est ce qu’on appelle la dépendance psychologique du tabac. Elle est directement liée aux effets psychoactifs de la nicotine, qui va procurer ce plaisir, cette stimulation intellectuelle, ou encore produire une action anxiolytique. Cette dépendance est très variable d’un fumeur à l’autre qui devra réapprendre à vivre sans tabac, adopter de nouveaux comportements et surmonter cette dépendance dans les débuts par une pratique sportive, par exemple.

Publicité
Publicité

Identifier les situations de dépendance comportementale lors de l’arrêt du tabac

L’envie de fumer est très souvent associée à des circonstances, à des personnes ou à des évènements déclencheurs chez le fumeur. Soirée entre amis, café ou alcool sont autant d’automatismes qui se mettent en place et qu’il est difficile de contourner. Lors des premières semaines d’arrêt, il est préférable d’éviter ces situations. Il ne s’agit évidemment pas de s’isoler, mais il est important de savoir identifier les situations qui provoquent cette envie de fumer pour les esquiver, au moins au début.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X