West Nile : 20 personnes déjà touchées par le virus qui se répand dans les Alpes-maritimes

Publié le 25 Septembre 2018 par Claire Ménage, journaliste santé
L’agence Régionale de Santé (ARS) alerte les habitants des Alpes-Maritimes dans un communiqué du 24 septembre 2018. La région aurait recensé 20 cas d’infection au virus du Nil (West Nile), depuis le 7 juillet 2018.
Publicité

© Adobe StockEn deux mois, près de 20 cas d’infection au virus du Nil (West Nile) ont été identifiés dans les Alpes-Maritimes a communiqué l’Agence Régionale de Santé (ARS) aux habitants. Une mise en œuvre "temporaire de mesures de sécurisation des dons de sang et d’organes" a été mis en place dans ces départements par l'Etablissement français du sang (EFS) et l'Agence de biomédecine (ABM), selon l’ARS. La fièvre du Nil occidental est véhiculée par le moustique Culex(le plus commun) et se transmet par sa piqûre. Il peut être infecté dès lors qu’il aura piqué un oiseau sauvage lui-même porteur du virus. L’organisme appelle la population "à se protéger contre les piqûres". Les chevaux peuvent également être contaminés, deux cas ont été recensés mi-septembre dans le Gard. L’un des deux n’a pas survécu.

Publicité
Publicité

Trois cas d'hospitalisation

Parmi les 20 cas d’infection au virus de la fièvre du Nil occidental, trois personnes atteintes ont dû être hospitalisées. "Elles sont à ce jour en voie de guérison", a précisé l’ARS. La maladie peut être asymptomatiques ou se manifester par un simple syndrome pseudo-grippal (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires) quelques fois accompagné d’une éruption cutanée rapporte l’ARS. Dans de rares cas, le virus provoquera des complications (complications neurologiques graves). A noter que les personnes infectées "ne peuvent pas transmettre à leur tour le virus, à la différence de la dengue, du chikungunya ou encore du zika, véhiculé par le moustique tigre" explique l’Agence. En Europe, le virus West Nile se propage très rapidement comparé aux années précédentes. Dans les pays également concernés : l’Italie et la Grèce font partis de ceux qui sont particulièrement touchés , d’après le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Prévenir les piqures de moustiques

Outre les répulsifs chimiques, on peut également miser sur la phytothérapie pour éloigner les moustiques. L'huile essentielle d'eucalyptus citronné est ainsi l'une des plus efficaces à cet effet. Elle peut aussi aider à calmer les piqûres grâce à ses vertus anti-inflammatoires et antidouleur. Pour faire fuir les moustiques, il est recommandé de l'utiliser en diffusion grâce à un appareil conçu à cet effet, ou bien de l'appliquer directement sur ses vêtements ou sur ses draps. En cas d'allergique aux piqûres de moustiques, le traitement doit être immédiat. Certaines pommades, en vente libre en pharmacie, peuvent apaiser les démangeaisons, mais sont souvent insuffisantes pour soulager l'œdème et l'inflammation. Il vaut mieux se prémunir de pommades à base de corticoïdes qui vont entraîner un soulagement presque immédiat. Ces pommades ne sont délivrées que sur prescription médicale et sont à utiliser en respectant la posologie indiquée par le médecin et sur une courte durée. Un traitement par antihistaminiques par voie orale peut aussi limiter les réactions allergiques.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X