Sommaire

Les poissons gras favoriseraient Alzheimer

Les poissons gras favoriseraient Alzheimer© FotoliaParadoxalement, si les poissons gras sont bons pour le cerveau en raison de leur teneur en oméga-3 (des acides gras essentiels) ils peuvent aussi avoir des effets néfastes.

Pourquoi ? Les poissons prédateurs tels que le saumon ou le thon sont au bout de la chaîne alimentaire, et accumulent donc en quantité les métaux lourds, et notamment le mercure de nos océans. Or, "tous les métaux lourds sont plus ou moins impliqués dans la maladie d’Alzheimer, dans la diminution des performances cognitives, dans le stress oxydatif", souligne Bernard Doutres.

Ce qu’il faut faire : côté poissons, préférez les sardines ou le maquereau, moins riches en mercure car plus bas dans la chaîne alimentaire. Les poissons issus d’élevages contrôlés peuvent aussi être une bonne solution, car ils sont parfois moins riches en mercure que certains poissons sauvages, issus de mers contaminées. Mais ne vous privez pas pour autant du poisson au moins deux fois par semaine, car selon Bernard Doutres, ses bénéfices vont au-delà de ses risques.
De son côté, l’Agence nationale de sécurité sanitaire recommande de diversifier les espèces de poissons, et d’éviter de consommer les plus contaminés (requins, lamproies, espadons, marlins et sikis). Les femmes enceintes et les enfants doivent être particulièrement vigilants.

Egalement classé dans les métaux lourds, l’aluminium est aussi nocif pour le cerveau, et probablement impliqué dans la maladie d’Alzheimer. On limitera donc l’usage de papier aluminium pour la cuisson, en particulier si la préparation contient des produits acides comme le citron.

Apprenez à vous relaxer, à vous détendre grâce à nos produits ! Profitez jusqu'à -50% de réduction

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.