Le stress chronique, le diabète ou encore l’hypertension sont autant de facteurs qui favorisent le risque de faire une crise cardiaque. Une récente étude vient d'en ajouter un à cette liste. Il s’agit de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Cette maladie chronique touche environ 8 % de la population française selon Ameli, le site de l'assurance maladie.

Elle apparaît avec l’âge, puisqu’elle se développe à partir de 50 ans et correspond au vieillissement de la zone centrale de la rétine, appelée macula.

Sur son site, Ameli répertorie ainsi les catégories touchées par cette pathologie :

  • 1% des personnes de 50 à 55 ans ;
  • environ 10% des 65 à 75 ans :
  • 25 à 30 % des plus de 75 ans.

Selon les chercheurs de l’Institut d'ophtalmologie de la Fondation Condé de Valenciana (Mexique) et la Icahn School of Medicine du Mont Sinaï (États-Unis), la DMLA serait un signe précurseur d’une maladie cardiovasculaire telle que la crise cardiaque ou l'AVC. Les résultats ont été publiés le 17 novembre dans la revue BMJ Open Ophthalmology.

Une forme de la DMLA a été observée grâce à l’imagerie rétinienne

Pour cette recherche, les scientifiques ont recruté 200 personnes (121 femmes et 79 hommes) souffrant DMLA, âgées de 51 à 100 ans. Elles ont dû répondre à un questionnaire sur leurs antécédents médicaux. Les chercheurs ont séparé les bénévoles avec HRDV et ceux sans. Le HRDV est un système de classification des bactéries regroupant les maladies vasculaires à haut risques. Parmi ces pathologies, l’étude cite :

Parmi les participants, 47 souffraient d'une maladie cardiaque grave dont 19 avaient des lésions cardiaques dues à une insuffisance cardiaque ou à une crise cardiaque. Ensuite, 17 étaient atteints d’une maladie valvulaire grave et 11 d’un accident vasculaire cérébral.

Les yeux des participants ont également été analysés à l'aide d'une imagerie rétinienne. Cela a été fait afin de voir si les participants présentaient des dépôts drusénoïdes sous-rétiniens (SDD). Ces dépôts représentent une autre forme de la DMLA précoce.

"Ces dépôts contiennent une forme de cholestérol et se forment au-dessus de l’épithélium pigmentaire rétinien (EPR) et juste en dessous des cellules de la rétine sensibles à la lumière, là où les dommages se produisent et où la vision se perd", ont expliqué les chercheurs dans un communiqué.

L’ophtalmologie aiderait à détecter plus tôt les maladies cardiovasculaires

Lors de l’analyse des images rétiniennes, 97 participants ont présenté des dépôts drusénoïdes sous-rétiniens. Parmi les 47 participants présentant des antécédents de maladies cardiovasculaires, 40 d’entre eux, soit 86%, avaient des dépôts drusénoïdes sous-rétiniens.

Les chercheurs en ont conclu que les personnes touchées par la DMLA et souffrant de maladies cardiovasculaires graves étaient neuf fois plus susceptibles de présenter des dépôts drusénoïdes sous-rétiniens que les autres. Ainsi, selon les experts, la forme de DMLA présentant des dépôts drusénoides sous-rétiniens serait liée aux maladies cardiovasculaires. "Cette étude est le premier lien fort entre la principale cause de cécité (la DMLA) et les maladies cardiaques (la principale cause de décès dans le monde)", a déclaré Roland Theodore Smith, auteur de l’étude.

"Cette recherche démontre le fait que les ophtalmologistes peuvent être les premiers médecins à détecter une maladie systémique, en particulier chez les patients asymptomatiques. La détection des dépôts drusénoïdes sous-rétiniens dans la rétine devrait les inciter à orienter le patient vers un cardiologue, surtout si aucun spécialiste n'a été impliqué auparavant. Cela pourrait prévenir un événement cardiaque potentiellement mortel", a conclu Richard B. Rosen, autre auteur de l’étude.

Sources

https://bmjophth.bmj.com/content/7/1/e001154

https://www.eurekalert.org/news-releases/971306

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/dmla/comprendre-dmla

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.