Les 5 cancers les plus foudroyants

Le cancer des voies biliaires s'étend rapidement

1/5
Les 5 cancers les plus foudroyants

Pourquoi : le cancer des canaux biliaires intrahépatiques (les canaux situés à l'intérieur du foie), que l'on appelle aussi cholangiocarcinome, représente moins d'1 % de l'ensemble des cancers tous confondus et moins de 10 % des cancers des voies biliaires. "C'est un cancer rare, mais redoutable", explique le Dr Dervaux, car il s'étend très rapidement aux organes avoisinants, et notamment au foie, à la vésicule biliaire, et au péritoine. Le pronostic est souvent mauvais et l'évolution rapide, sauf si la tumeur a été découvert précocement. La survie est inférieure à 5 % dans le cas de métastases*.

* D. Farley, A. Weaver, D. Nagorney, Natural history of unresected cholangiocarcinoma: patient outcome after noncurative intervention, 1995

Le cancer du pancréas : un des plus dangereux

2/5
Les 5 cancers les plus foudroyants

Pourquoi : "quand le cancer du pancréas débute, il est souvent rapidement évolutif. Quand les personnes présentent des symptômes tels qu’une douleur permanente, il est bien souvent trop tard pour espérer enlever la tumeur par une opération. La douleur traduisant l'extension de la maladie en dehors du pancréas.", explique le Pr Hammel*.

L'incidence : "c'est le 2ème cancer de l’appareil digestif après le cancer colorectal, avec près de 10 000 nouveaux cas par an en France et 80 000 en Europe. Il survient surtout chez les personnes âgées de plus de 65 ans. En France, le taux de survie à 5 ans après le diagnostic d'un cancer du pancréas est d'environ 5%. C'est l'un des cancers les plus graves. S'il est possible d'enlever entièrement la tumeur, le taux monte à 20%. Il existe également des possibilités de longue survie.", explique le Pr Hammel*.

* gastro-entérologue, spécialisé en cancérologie digestive à l'hôpital Beaujon, APHP, à Clichy.

Le cancer du poumon à petites cellules : un faible taux de survie

3/5
Les 5 cancers les plus foudroyants

Pourquoi : ce cancer prend habituellement naissance dans les bronches au coeur des poumons. Il s'agit d'un des cancers du poumon les plus agressifs. Il représente environ 20 % des cas de cancer du poumon. Très souvent, lorsque le diagnostic est posé, il s'est déjà propagé dans d'autres parties du corps, rendant les traitements difficiles (la chirurgie est souvent inutile. On utilisera alors plutôt de la chimiothérapie et de la radiothérapie).

Sachez-le : "le cancer du poumon fait partie des cancers les plus meurtriers", explique le Dr Dervaux. Le taux de survie à 5 ans ne dépasse pas les 20 %, car même si la personne répond bien au traitement, les rechutes sont nombreuses.

Le cancer du sein inflammatoire : très avancé au diagnostic

4/5
Les 5 cancers les plus foudroyants

Pourquoi : il s'agit d'un type rare de cancer du sein (entre 1 et 3 % des cancers du sein). La tumeur prend naissance dans les canaux de la glande mammaire, et les cellules cancéreuses peuvent passer des canaux du sein au système lymphatique. "Dès que la tumeur est dans un organe très vascularisé au niveau lymphatique, la progression est très rapide.", explique le Dr Dervaux. Cela l'amène à se propager plus rapidement que pour d'autres types de cancers du sein.
Il se caractérise en plus par une forte agressivité. Au moment du diagnostic, il est souvent avancé et s'est propagé sous forme de métastases à d'autres parties du corps.

Voir la suite du diaporama

Le cancer anaplasique de la thyroïde : le décès dans les 4 à 9 mois

5/5
Les 5 cancers les plus foudroyants

Pourquoi : c'est l'un des cancers les plus graves. Il constitue moins de 2 % des cancers thyroïdiens et touche principalement des personnes âgées entre 60 et 80 ans. La survie moyenne des patients touchés varie entre 4 et 9 mois après le diagnostic, sauf si la tumeur a été détectée suffisamment précocement. C'est un cancer agressif, infiltrant et invasif, qui évolue très rapidement au niveau des poumons et parfois des os et du cerveau.

Etude source : "Cancers anaplastiuques de la thyroïde".

Sources :

. Remerciements au Dr Jean-Loup Dervaux, médecin et auteur de nombreux ouvrages sur la santé, dont Bilans de santé personnalisés aux éditions Dangles.
. Pr Pascal Hammel, gastro-entérologue, spécialisé en cancérologie digestive à l'hôpital Beaujon, APHP, à Clichy.
. D. Farley, A. Weaver, D. Nagorney, Natural history of unresected cholangiocarcinoma: patient outcome after noncurative intervention, 1995
. Etude orphanet : "Cancers anaplastiuques de la thyroïde"