La chute des cheveux, effet secondaire bien connu

Cet effet indésirable aussi nommé alopécie est assez mal vécu. C'est en effet un signe extérieur qui marque la maladie. Les cheveux se développent de façon rapide et ils sont la cible des molécules de chimiothérapie au même titre que les cellules cancéreuses.

La chute commence à partir de la deuxième semaine de traitement et se poursuit tout au long des cures et jusqu'à deux mois après.

Les nausées et vomissements, un effet secondaire très répandu

Les personnes ne sont pas toutes égales devant les nausées. Certaines y seront plus sensibles et vomiront. Les nausées peuvent persister trois jours après la chimiothérapie. Différents traitements efficaces existent et sont souvent prescrits en association. Certaines molécules sont actives sur les nausées immédiates, d'autres sur les nausées retardées.

Des nausées anticipées peuvent apparaître avant même la chimiothérapie. Ces dernières sont dues à l'appréhension et peuvent être gérées par la relaxation.

La mucite, une inflammation de la bouche

Lorsque les muqueuses de la bouche s'enflamment, c'est la mucite. Rouges, parfois gonflées et pouvant se compliquer d'une mycose, les muqueuses de la bouche présentent en plus des lésions comme des aphtes.

Pour en prendre soin, des bains de bouche antiseptiques et antifongiques peuvent être prescrits. Des corps gras permettent d'humecter les lèvres. Le maintien d'une bonne hydratation est important.

Chimiothérapie et troubles digestifs

La plupart des médicaments utilisés en chimiothérapie provoquent des nausées et des vomissements (effet émétisant). Ces symptômes peuvent apparaître pendant la perfusion, dans les heures ou les jours qui suivent. Avant la chimiothérapie, les médecins prescrivent des antiémétiques pour prévenir les vomissements.

La diarrhée et surtout la constipation sont fréquentes, mais il existe aussi des médicaments qui permettent de les traiter.

Chimiothérapie et cellules sanguines

Les substances administrées ont une incidence sur la moelle osseuse et le sang. Le nombre de globules blancs diminue (leucopénie). Le système immunitaire se voit affaibli et le risque d’infection augmente. La chimiothérapie provoque également une diminution du nombre de globules rouges (anémie) et de plaquettes (thrombopénie).

Le patient se sent fatigué et son teint devient pâle. Il est davantage exposé aux hémorragies et aux hématomes.

> Un expert santé à votre écoute !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.