Cancer primitif du poumon : un risque de métastase dans le foie

Certifié par nos experts médicaux MedisiteCancer et métastase sont des termes redoutés et souvent associés. On parle de métastase ou de cancer secondaire lorsque les cellules cancéreuses d’une tumeur maligne migrent à travers le sang vers d’autres organes ou d’autres structures de l’organisme comme les os ou les ganglions. Chez les personnes qui développent un cancer du poumon primitif, le risque de métastase existe et le foie est l'un des organes les plus menacés.

Cancer du poumon : qu'est-ce que c'est ?

Le cancer du poumon ou cancer bronchique se développe à partir des cellules des bronches. On distingue deux grands types de cancers bronchiques :

  • Les cancers bronchiques non à petites cellules.
  • Les cancers bronchiques à petites cellules.

Ils représentent respectivement environ 80 % et 20 % des cancers.

Aux tous premiers stades du cancer du poumon, la maladie est dénuée de symptômes. La tumeur est trop petite pour provoquer le moindre signe mais au fur et à mesure qu’elle grossit, des symptômes peuvent apparaître, dont les plus évidents sont la toux ou l’essoufflement.

La propagation des métastases peut se faire :

  • soit par voie sanguine ou lymphatique (essentiellement en cas de cancer digestif) ;
  • soit par contiguïté : du fait de leur proximité anatomique, les cancers de l'œsophage peuvent atteindre la trachée et la bronche souche gauche et les cancers du sein et de l'estomac peuvent se propager dans la plèvre et les poumons.

À noter : dans le cas d'un cancer primitif du poumon, le risque de métastases dans le foie est particulièrement élevé.

Radiographie d'un thorax montrant un cancer pulmonaire :

Radiographie d'un thorax montrant un cancer pulmonaire :

Auteur : X-ray (Chest) Cancer.jpg : inconnu. 29 juin 2009. Sources : X-ray (Chest) Cancer.jpg. Crédit CC : Ce travail est tombé dans le domaine public aux États-Unis. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:X-ray_chest_cancer.jpg

Cancer primitif et cancer secondaire

Le poumon est très souvent le siège de métastases.

Celles-ci sont dues à la dissémination dans les poumons d'un autre cancer ayant son siège dans une autre région de l'organisme.

On parle dans ce cas de cancer secondaire, une forme qui est à distinguer des cancers primitifs qui naissent dans le poumon.

Symptômes du cancer du poumon primitif

Le cancer du poumon concerne surtout les fumeurs de plus de 50 ans. Il se manifeste par une toux, des difficultés à respirer, une respiration sifflante, des douleurs thoraciques et des crachats contenant du sang. Une fatigue générale s’installe, le patient perd son appétit et maigrit de façon inexpliquée.

Le foie, un organe exposé aux métastases

Le cancer du poumon est très agressif. Si la tumeur n’est pas prise en charge, des complications peuvent survenir, notamment des métastases. Trois parties du corps sont particulièrement menacées : le foie, les os et le cerveau. Outre le cancer du poumon, d’autres cancers peuvent entraîner des métastases hépatiques : cancer du sein, du pancréas, de l’estomac, de la peau, du côlon…

Par ailleurs, les métastases de tumeurs digestives ou ovariennes ont souvent pour premier site d'implantation le foie, puis secondairement les poumons.

Cancer et métastase, quels signes ?

Lorsque les cellules cancéreusesse délocalisent de leur emplacement initial, cela signifie que le cancer en est à un stade avancé. Certaines pathologies cancéreuses possèdent une propension plus importante à provoquer des métastases. C'est le cas notamment du cancer du sein ou du cancer du côlon.

La présence de métastases pulmonaires est susceptible d'entraîner des symptômes très variables selon les individus : dyspnée au repos comme à l'effort, toux persistante, douleurs thoraciques, fatigue accrue, perte de poids, anorexie, expectorations contenant du sang…

Traitement du cancer du poumon et des métastases hépatiques

Le traitement du cancer du poumon dépend de la nature et de l’emplacement de la tumeur, de l’âge et de l’état de santé du patient. La chimiothérapie et la radiothérapie sont généralement préférées en cas de cancer à petites cellules, la chirurgie en cas de cancer non à petites cellules. Quant aux métastases hépatiques, elles sont le plus souvent traitées par chimiothérapie.

Par ailleurs, le traitement d'un cancer pulmonaire secondaire nécessite obligatoirement la prise en charge du cancer primitif qui en est à l'origine.

Selon les cas, différentes options thérapeutiques peuvent être préconisées même si la chirurgie reste le traitement de référence dans la plupart des cas. Néanmoins, la multiplication métastatique rend souvent cette alternative thérapeutique difficile à réaliser. C'est la raison pour laquelle la chimiothérapie et la radiothérapie sont généralement privilégiées pour soulager les symptômes.

De nouvelles pistes prometteuses font leur apparition. C'est le cas notamment de l'immunothérapie. Ces traitements laissent entrevoir un allongement significatif de la durée de vie des patients atteints de cancers bronchiques non à petites cellules, souligne le Dr Anne-Christine Della Valle.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Cancer du poumon : points-clés, Institut national du cancer, 19 février 2018. 

Métastases hépatiques, Société canadienne du cancer.

Le cancer du poumon, La ligue contre le cancer.

Cancer du poumon métastasé, Ooreka.

Cancer poumon, Fondation ARC.

La rédaction vous recommande sur Amazon :