Dans le cadre de leurs recherches, des scientifiques ont examiné les dossiers médicaux de 290 personnes de 40 ans. Ces derniers avaient, pour la plupart, au moins un parent atteint de démence de type Alzheimer, ce qui les exposait à un risque plus important que la moyenne. « Notre étude suggère qu’il est possible d’utiliser l’imagerie cérébrale et l’analyse du liquide céphalorachidien pour évaluer le risque de maladie d’Alzheimer au moins 10 ans avant l’apparition des symptômes les plus courants », explique Laurent Younes, l’un des chercheurs et directeur du département de mathématiques appliquées à l’Université Johns Hopkins le 14 mai dernier. Une avancée qui pourrait éventuellement mener à un test permettant de déterminer le risque relatif d’un individu pour la maladie d’Alzheimer, bien avant l’apparition des premiers symptômes, et ainsi, anticiper les futurs traitements.


81 personnes diagnostiquées à la maladie d’Alzheimer


Les scientifiques ont collecté du liquide céphalorachidien et réalisé des examens du cerveau par IRM auprès des participants à l’étude. Ces derniers ont également été soumis à cinq tests standards de mémoire, apprentissage, lecture et attention durant de nombreuses années. A la fin de l’étude, 209 participants étaient considérés comme « cognitivement normaux » et les 81 restants ont été diagnostiqués avec une déficience cognitive légère ou une démence due à la maladie d’Alzheimer. Les scientifiques avaient ainsi pu suivre diverses caractéristiques biologiques associé à la maladie au cours des années d’études, qui ont précédé le diagnostic.


Un signe d’alerte apparu 34 ans avant les premiers symptômes


L’équipe de Johns Hopskins a découvert que 81 personnes ont développé des troubles cognitifs 11 à 15 ans avant l’apparition de la défiance cognitive manifeste. Et surtout, ils ont révélé une hausse du taux d’une protéine appelé Tau, longtemps perçue comme un signe de la maladie d’Alzheimer, dans le liquide céphalorachidien, en moyenne 34 ans avant le début des premiers symptômes. Enfin, l’équipe de chercheurs a détecté une légère diminution de la taille du lobe temporal médial, une région du cerveau qui joue un rôle sur la mémoire, entre 3 et 9 ans avant que les troubles cognitifs ne deviennent apparents.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Brain Changes Linked With Alzheimer’s Years Before Symptoms Appear, Johns Hopkins Medicine, 14 mai 2019

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.