Parkinson : la maladie qu’on pourrait vous diagnostiquer en analysant vos larmes

Publié le 28 Février 2018 par Rédaction Medisite
Une simple analyse des protéines contenues dans les larmes pourrait être un outil de diagnostic voire de détection précoce de la maladie de Parkinson. 
Publicité

© Adobe StockEt si une simple analyse de larmes permettait de diagnostiquer la maladie de Parkinson ? Des chercheurs de la Keck School of Medicine à l’université de Californie (Los Angeles, Etats-Unis) émettent l’idée de cette méthode originale dans une étude préliminaire dévoilée le 22 février 2018 et qui sera présentée au congrès annuel de l’Académie Américaine de Neurologie (AAN) à Los Angeles en avril prochain. Selon ces chercheurs, la composition des larmes pourrait varier entre une personne atteinte de la maladie de Parkinson et une personne en bonne santé.

Publicité

Des taux de protéines différents chez les malades de Parkinson

D’où vient l’idée de cette recherche ? Les chercheurs ont constaté que les larmes contiennent des protéines produites par les cellules sécrétrices des glandes lacrymales, elles-mêmes stimulées par les nerfs. Et, comme la maladie de Parkinson affecte les fonctions nerveuses, cette pathologie pourrait avoir un impact sur la composition en protéines des larmes. Les scientifiques ont donc prélevé des échantillons de larmes des deux yeux de 55 patients atteints de Parkinson à des stades plus ou moins avancés de la maladie et de 27 personnes en bonne santé d’âge équivalent. Ils ont alors testé les teneurs en quatre protéines de ces larmes. Résultat : le taux d’une protéine particulière, appelée alpha-synucléine,était significativement plus bas dans les larmes des personnes souffrant de la maladie de Parkinson. De plus, une forme dérivée de l’apha-synucléine, appelée l’apha-synucléine oligomérique, était quant à elle présente en plus grande quantité chez les sujets malades. Or, cette forme oligomérique correspond à des aggrégats de la protéine alpha-synucléine "qui sont impliqués dans les dommages nerveux de la maladie de Parkinson", souligne un communiqué de l’AAN.

Publicité

L’espoir d’un diagnostic simple et non invasif

Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles méthodes de diagnostic. "Savoir que quelque chose d’aussi simple que les larmes pourrait aider les neurologues à différencier de façon non invasive les personnes qui ont la maladie de Parkinson de celles qui ne l’ont pas est passionnant" confie le docteur Mark Lew, co-auteur de l’étude, dans le communiqué de l’AAN. "Et comme le processus de la maladie de Parkinson peut commencer des années ou des décennies avant que les symptômes n’apparaissent, un tel marqueur biologique pourrait être utile dans le diagnostic voire même le traitement précoce" ajoute le médecin. Mais pour cela, des recherches complémentaires sont nécessaires d’une part pour valider les résultats préliminaires de cette étude sur un plus grand nombre de personnes et d’autre part pour déterminer si les modifications en protéines des larmes existent dès les premiers stades de la maladie avant l’apparition même des premiers symptômes.La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui détruit les neurones à dopamine impliqués dans le contrôle des mouvement. Actuellement, la maladie de Parkinson touche plus de 200 000 personnes en France, selon l'association France Parkinson.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X