Infarctus : votre façon de marcher peut prédire votre risque

Publié le 21 Novembre 2017 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Des chercheurs suédois mettent en garde contre cette particularité dans la façon de marcher qui serait reliée à un risque accru de développer une maladie cardiaque. 
Publicité

Et si on pouvait prédire une maladie dangereuse et potentiellement fatale juste en observant sa façon de marcher ? C'est ce que suggèrent les résultats d'une étude menée par l'Institut de Karolinska à Stockholm (Suède). Selon les chercheurs, un déclin de la vitesse de marche pourrait signifier un risque accru de développer une maladie cardiaque.

Publicité

Plus le risque est grand moins on marche vite

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont regroupé les données médicales de plusieurs volontaires âgés entre 60 ans et 78 ans entre 2001 et 2004. Ils ont alors constaté que plus une personne est à risque de développer une maladie cardiaque plus sa vitesse de marche ralentit. Un lien qui ne serait valable que pour les adultes de moins de 78 ans. En revanche, aucun lien n'a été trouvé entre le manque d'équilibre et le risque cardiaque.

Publicité

Pour les chercheurs, le but de cette étude était surtout de montrer à quel point certaines maladies peuvent affecter la condition physique des patients et leur créer des handicap. En réduisant, les facteurs de risques liés au développement de certaines maladies comme la cigarette, le diabète ou le surpoids cela aiderait à pouvoir maintenir une bonne condition physique malgré la maladie.

Crise cardiaque : les premiers signes

Chez l’homme, la douleur violente dans la cage thoracique avec irradiation dans le bras gauche est généralement caractéristique d’un infarctus du myocarde imminent. Or, ce symptôme de la crise cardiaque chez la femme est bien plus faible et il ne se manifeste que dans un cas sur deux. Il peut être, à tort, assimilé à une crise d’angoisse. Les femmes présentent au contraire des signes annonciateurs peu significatifs, jusqu’à un mois avant l’accident coronaire. Parmi ces symptômes atypiques, on retrouve majoritairement :- une fatigue intense inexpliquée ;- l’essoufflement non lié à un effort ;- des palpitations ;- une douleur dans le dos ;- des douleurs abdominales ;- des nausées et des vomissements ;- un sommeil perturbé.Le fait de négliger ces symptômes entraîne une prise en charge médicale tardive et, par voie de conséquence, retarde le diagnostic. Ce qui représente un réel danger.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X