Greffe de moelle osseuse : quels risques pour le donneur ?

Greffe de moelle osseuse : quels risques pour le donneur ?©iStock

Le don de moelle osseuse est un geste important car il permet de sauver des vies (en France, chaque année, 2 000 personnes ont besoin d'une greffe de moelle osseuse). La difficulté réside dans le fait de trouver un donneur compatible, ce qui n'est pas chose aisée. Mais tout le monde peut-il faire un don de moelle osseuse ? Quels sont les risques pour le donneur ?

Publicité

Don de moelle osseuse

La moelle osseuse se situe dans les os. C'est elle qui est chargée de fabriquer les cellules-souches qui vont devenir des cellules sanguines (globules rouges, blancs et plaquettes). Il est essentiel de ne pas confondre la moelle osseuse avec la moelle épinière qui constitue, avec le cerveau, le système nerveux central. La greffe de moelle osseuse est dans 80 % des cas la seule option permettant de soigner certaines pathologies graves du sang telles que des leucémies (cancer du sang) ou des aplasies (lorsque la moelle ne fonctionne plus normalement). Ainsi, toute personne qui le souhaite, dans la mesure où elle est en bonne santé et qu'elle est âgée de 18 à 50 ans, peut être inscrite sur le registre des donneurs volontaires. Il suffit d'en faire la demande en ligne et de prendre rendez-vous avec le médecin d'un centre donneur, qui peut ensuite faire appel à elle à tout moment en cas de besoin.

Publicité

Risques du don de moelle osseuse pour le donneur

Le prélèvement de moelle osseuse peut s'effectuer soit par prélèvement dans les os postérieurs du bassin (sous anesthésie générale), soit dans le sang par aphérèse. La première technique permet d'obtenir à la fois des cellules-souches hématopoïétiques (qui vont fabriquer le sang) et leur milieu environnant. En revanche, le prélèvement par aphérèse ne permet de recueillir que les cellules-souches hématopoïétiques, quoiqu'en grande quantité. La méthode est choisie en fonction des besoins du malade mais il n'est pas possible pour le donneur de choisir le mode de prélèvement qui lui convient. Les risques sont ceux liés à toute anesthésie générale et, de façon tout à fait exceptionnelle, on retrouve un risque infectieux et traumatique aux points de ponction.

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité