Et si nos problèmes de santé venaient de nos microbiotes ?

Et si nos problèmes de santé venaient de nos microbiotes ?
Publicité

Présentes dans l’intestin, la bouche ou encore les poumons, les bactéries "bénéfiques" constituant les microbiotes jouent un rôle sur notre santé. Un simple déséquilibre de ces micro-organismes peut avoir de lourdes conséquences inflammatoires. Problèmes de poids, psoriasis, troubles digestifs... Medisite fait le point à l’occasion de l’événement "Ma santé passe par mes microbiotes".

Publicité

© Adobe StockElles sont 10 fois plus nombreuses que toutes les cellules de notre corps, et pèsent près de deux kilogrammes. Les bactéries "bénéfiques" qui vivent dans notre intestin, notre bouche, notre vagin, nos poumons ou encore sur notre peau constituent ce que les scientifiques appellent les microbiotes, et jouent un rôle bien plus important qu’il n’y paraît. Obésité, allergies, troubles digestifs, dépression, maladies parodontales, baisse des défenses immunitaires, infections vaginales, candidoses, psoriasis, eczéma… toutes ces maladies pourraient en partie venir d’un déséquilibre du microbiote . Cette association entre microbiote et santé fait l’objet d’une campagne nationale d’information dans 10 villes de France et dans de nombreuses pharmacies partenaires tout ce mois d’octobre 2017* .

Microbiote et réactions inflammatoires

Le lien entre déséquilibre (ou dysbiose) des microbiotes et inflammation de l’organisme est ténu. Ainsi, quand la diversité ou la quantité de bactéries au sein d’un microbiote varie, la vulnérabilité aux infections et aux réactions immunitaires augmente. Prenons le microbiote intestinal , le plus connu de nos microbiotes (anciennement désigné par le terme de flore intestinale). Les conséquences directes ( surpoids et affaiblissement du système immunitaire ) de son déséquilibre ont une bonne notoriété**, mais des conséquences indirectes moins connues existent également. Il peut s’agir de dépression, de douleurs articulaires ou encore d’allergies respiratoires .

Reconnaître les signes d’un déséquilibre des microbiotes

Publicité

Mais comment reconnaître un déséquilibre des microbiotes ? En analysant les signes d’appel, selon le docteur Didier Chos, président de l’Institut Européen de Diététique et de Micronutrition (IEDM) : "un désordre du microbiote intestinal peut entraîner des problèmes digestifs plus ou moins bruyants. Mais attention, les premiers signes d’un déséquilibre de ce microbiote peuvent êtres des signes à distance , comme des allergies ou des symptômes d’arthrose", nous apprend le médecin. "À partir du moment où les signes d’appel sont récurrents ou chroniques et s’ils comprennent une fatigue, des douleurs articulaires ou des problèmes infectieux à répétition, n’hésitez pas à consulter", conseille alors le docteur Chos. Apprenez également à identifier les évènements à risque pour l’équilibre de vos microbiotes : le stress, l’alimentation, une antibiothérapie, mais aussi des infections répétées sont autant d’agressions du microbiote qui peuvent altérer son état.

Des probiotiques à la rescousse des microbiotes

Une liste de médecins spécialistes du microbiote et de la micronutrition est disponible sur demande auprès de l’IEDM. Après un questionnaire de première approche, des examens plus poussés permettront éventuellement de mesurer l’inflammation digestive et de détecter la présence de marqueurs de déséquilibre du microbiote. Et après ? En fonction des résultats, le médecin pourra envisager de moduler les microbiotes par une adaptation de l’alimentation et des habitudes de vie ou par la prise de probiotiques – des bactéries ou des levures vivantes et bénéfiques qui coloniseront l’organisme. Les probiotiques existent sous forme de compléments alimentaires, mais ils sont aussi naturellement présents dans plusieurs aliments, tels que le yaourt, le kéfir, la choucroute, le miso, les cornichons et certains fromages.

*Campagne d’information Ma santé passe par mes microbiotes . Retrouvez le programme complet des conférences et évènements sur microbiotes-sante.fr
**Sondage Ifop pour PiLeJe réalisé par téléphone entre le 25 et le 27 août 2017 auprès d’un échantillon de 985 personnes de 18 ans ou plus représentatif de la population française.

Publicité

Vidéo. 5 conseils pour se débarrasser des flatulence

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité