Mycose vulvaire : le risque de complication

Publié le 31 Juillet 2018 à 12h01 par La Rédaction Médisite
La mycose vulvaire est une infection bénigne, causée par le champignon Candida albicans. Elle est, cependant, très gênante pour l'hygiène intime de la femme et souvent récurrente, ce qui peut être à l'origine de complications.

© Istock

Quels sont les signes de la mycose vulvaire ?

La mycose vulvaire est une affection très fréquente de la femme. Elle est souvent liée à un désordre hormonal ou de la flore vaginale, ou encore transmise par voie sexuelle. Elle peut aussi être provoquée par la prise d'antibiotiques. Elle se manifeste par une irritation vulvaire, accompagnée de rougeurs, de gonflement des lèvres et surtout de démangeaisons qui peuvent être très inconfortables. Des pertes blanchâtres et mousseuses sont fréquentes. Les rapports sexuels sont douloureux en raison de l'irritation vulvaire et vaginale.

Comment traiter une mycose vulvaire pour éviter les complications ?

Les complications de la mycose vulvaire sont rares car il s'agit d'une affection qui guérit facilement avec un traitement adapté. Les irritations répétées peuvent entraîner des troubles de la libido ou une surinfection bactérienne, mais cela reste relativement rare. Un traitement par ovules et crème antimycosique de quelques jours suffit généralement à enrayer la mycose. Le risque est la récidive, qui est fréquente chez certaines femmes. Lorsque celles-ci doivent prendre un traitement antibiotique, une prévention par ovules peut être associée. Les femmes diabétiques ou immunodéprimées sont plus à risque de récurrence ou de complications.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X