Sommaire

Les médicaments contre le cancer

Les médicaments contre le cancerLa plupart des médicaments "antimitotiques", administrés lors des séances de chimiothérapies, ont des effets sur les cheveux. Certains les font systématiquement tomber comme les Taxanes dans le cancer du sein. "Les alopécies sont plus fréquentes et plus sévères. Même la repousse peut être difficile" confirme le Dr Pascal Reygagne, Directeur du Centre Sabouraud de l’hôpital Saint-Louis. Ou le Busulfan employé dans certaines tumeurs du cerveau ou du cervelet chez l’enfant. "Dans 1 à 2% des cas, il peut y avoir des absences de repousse ou des repousses de mauvaise qualité" précise notre interlocuteur.
D’autres traitements de chimiothérapies peuvent entraîner une chute limitée des cheveux avec des effets réversibles quand les séances cessent.
Pourquoi les cheveux tombent ? Les cellules cancéreuses ont tendance à se diviser plus que les autres. Les cellules du bulbe pileux se divisent aussi beaucoup, ce qui entraîne souvent leur destruction en cas de chimiothérapie et la chute des cheveux (et de tous les poils).

L’Interféron

L’InterféronSouvent prescrit au long cours notamment en cas d’hépatite C, l’Interféron® a parfois des conséquences négatives sur les cheveux. Il entraîne assez fréquemment des alopécies et peut modifier la couleur et/ou la structure des cheveux (en les rendant frisés par exemple). Les effets ne sont pas aussi importants qu’en cas de chimiothérapie mais doivent être connus du patient.
A noter : Pris dans le cadre de mélanomes métastasés ou de cancer du rein métastasé, l’Interféron® a les mêmes effets sur les cheveux.

Les effets sont réversibles à l’arrêt du traitement.

Les médicaments qui contiennent des hormones

Les médicaments qui contiennent des hormonesPilules contraceptives, testostérone, anabolisants stéroidiens. Voilà des médicaments qui, par le type des hormones qu’ils contiennent, peuvent nuire à vos cheveux.

- Pilules : "Les pilules ayant des progestatifs de 1ère et 2e génération peuvent entraîner des chutes de cheveux chez certaines femmes prédisposées. Mais cela reste occasionnelle" précise le Dr Pascal Reygagne. Il ne faut pas hésiter à en parler aux médecins prescripteurs pour qu’ils s’orientent vers une pilule de 3e génération qui a moins d’effets androgéniques donc moins d’impacts sur les cheveux.

- Testostérone et stéroides anabolisants : "Ils peuvent entraîner une chute des cheveux et une pousse du poil, surtout chez les hommes prédisposées à des chutes de cheveux" indique notre interlocuteur. Pourquoi ? Quand la testostérone rencontre l’enzyme 5-alpha réductase, située au niveau du cuir chevelu, cela crée une hormone appelée DHT. Celle-ci conduit les follicules pileux dans un vieillissement prématuré. Les cheveux sont de plus en plus fins et courts puis finissent par n’être qu’un fin duvet, voire disparaissent. Les stéroides anabolisants sont apparentés à la testostérone et ont donc les mêmes effets sur les cheveux.

A noter : Parce qu’ils ont une action androgénisante, les corticoides peuvent aussi, chez les sujets prédisposés, entraîner une alopécie. Il s’agit des traitements pris par voie générale au long cours. Par exemple la bétaméthasone (Célestamine®, Célestène®) ou la prednisolone (si fortes doses et traitement long).

Les effets sont réversibles à l’arrêt du traitement.

Les autres grands médicaments à risque pour vos cheveux

Les autres grands médicaments à risque pour vos cheveux© FotoliaParmi les plus grandes classes de médicaments, on trouve des traitements susceptibles d’abîmer les cheveux (chute de cheveux le plus souvent). Les cas concernent les prises longues et sont peu fréquents. Citons par exemple :
- Antidépresseurs : clomipramine, amoxapine, paroxétine, amitriptyline, fluoxétine
- Anticoagulants : tioclomarol, héparine (si fortes doses), warfarine
- Antihypertenseurs : méthyldopa, captopril (très rare), clonidine, enalapril
- Anti-inflammatoire à la colchicine (contre les crises de goutte)
- Anticonvulsiant : acide valproïque (Depakine®) et valpromide (Dépamide®)
- Anti-inflammatoires non stéroidiens (contre les douleurs et les rhumatismes) : naproxène, sulindac (très rare)
- Antithyroidiens (pour réguler la glande thyroide) : benzylthiouracile et levothyroxine (uniquement en surdosage)
- Betabloquants (pour bloquer l’action de l’adrénaline) : propanolol, aténolol, bisoprolol, nadolol.
- Le Lithium® (pour réguler l’humeur)
- Les sels d’or (pour soigner les rhumatismes, la polyarthrite rhumatoide) : Allochrysine®
- Hypocholestérolémiant : rosuvastatine, fénofibrate
- Antipaludéen : méfloquine (rare)

Le conseil : Si vous constatez un changement dans l’état de vos cheveux après plusieurs semaines ou mois de prise d’un médicament, parlez-en au médecin prescripteur.

Psoriasis et Acné : gare aux rétinoides

Psoriasis et Acné : gare aux rétinoidesAcitrétine (Soriatane®) et Isotrétinoine (Roaccutane®). Voilà les deux molécules appartenant à la famille des rétinoides qui peuvent abîmer vos cheveux. Leurs effets :
- Acritrétine prescrite contre le psoriasis : "Il peut y avoir une chute de cheveux plus facilement, un changement de couleur avec des cheveux plus clairs, ou un changement d’aspect avec des cheveux frisés" indique le Dr Pascal Reygagne.
- Isotrétinoine prescrite contre l’acné : "Les chutes de cheveux concernent plutôt les traitements de plus de 6 mois et à dose élevée."

Les effets sont réversibles à l’arrêt du traitement.

> Un expert santé à votre écoute !

mots-clés : Repousse cheveux
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.