Dermatologie des carnivores domestiques
Sommaire

3. LA D.A.P.P. eczéma

La Dermatite par Allergie aux Piqûres de Puces est le motif de consultation le plus fréquent en France.

Etiologie

L’agent responsable est la puce du chat Ctenocephalides felis. Les allergènes sont théoriquement contenus dans la salive de la puce. Importance de l’exposition intermittente.

Epidémiologie

Age: exceptionnel avant 6 mois, très fréquent de 1 à 6 ans. Saison: classiquement pendant l’été et l’automne mais désormais toute l’année.

Clinique

Chien: - Prurit, démangeaison à la base de la queue, en région dorso-lombaire, périnée, cuisse, abdomen, - Lésions: papules, croûtes, alopécie, érythème, lichénification, - Très souvent, la DAPP est associée à de l’atopie et à une folliculite bactérienne. Chat: - Après 3 ans, - Dermatite miliaire, alopécie extensive, plaques éosinophiliques.

Diagnostic - Localisation caractéristique des lésions (triangle dorso-lombaire), - Prurit, - L’isolement de puces ou de déjections n’est pas toujours facile (30% des cas sont indécelables) car ils sont éliminés par les animaux qui se lèchent ou se mordillent plus fréquemment que les animaux sains.

A différencier de toutes les autres parasitoses externes et de l’alopécie.

Diagnostic de certitude: test cutané allergique (skin test). La lecture se fait à 15 mn et 48 h.

Traitement

Symptomatique: corticoïdes par voie générale (injection ou per os) de courte durée. Etiologique: éviction des causes de l’allergie c’est-à-dire des puces. L’objectif est "zéro puce" (un "zéro piqûre" est illusoire).

BIOLOGIE DE LA PUCE

La connaissance de la biologie de la puce est la base d’une bonne conduite de traitement anti-puce des animaux et de leur environnement.

Puce adulte

Ctenocephalides felis, parasite hématophage, vit en permanence sur l’animal sauf s’il est chassé par grattage, léchage ou mordillement. La femelle peut absorber du sang jusqu’à 15 fois son propre poids par jour, soit 13,6?l/puce/jour ou autrement dit 1ml/75 puces/jour. Ce prélèvement est indispensable à la reproduction. La ponte des oeufs se fait dans le pelage à partir de la 48ème heure après l’accouplement des mâles et femelles. L’optimum de ponte est de 60 oeufs par jours, soit 2000 oeufs pondus par puce. Le nombre de puces présentes sur un chien ou un chat dépend avant tout de son activité de toilettage.

Les oeufs

Ils tombent du pelage dans l’environnement.

Les larves

Elles mesurent 5 mm et se nourrissent de débris organiques et des excréments de puces adultes.

Elles sont photophobes et girophiles. On les trouve donc au fond des moquettes, des tapis, des parquets ou sous les meubles. Les pupes (nymphes ou cocons) sont un stade très résistant. Elles représentent une forme de diapause. L’éclosion est déclenchée par divers stimuli: chaleur, vibrations, CO2, et on assiste à l’émergence de jeunes adultes.

Jeunes adultes

Ce sont ces jeunes puces que l’on trouve dans l’environnement. Elle ont un besoin avide de sang. Elles sautent sur l’animal ou sur l’homme où elles se nourrissent en quelques minutes.

BILAN

L’environnement est un réservoir considérable de puces donc son traitement est impératif dans tout plan d’éradication: - recenser les points chauds (lieux privilégiés de l’animal), - élimination difficile des pupes.

METHODES DE LUTTE

Les différentes familles d’insecticides adulticides - Organochlorés: le lindane, grande rémanence mais formellement contre-indiqué chez le chat. - Organophosphorés et Carbamates: inhibiteurs des cholinestérases; - Pyréthrinoïdes: modification des flux de sodium/potassium des axones; perméthrine, tétraméthrine. - Phénylpyrazolés: blocage des canaux chlorés du GABA; fipronil - Chloronicotinyl-nitroguanidines: fixation aux récepteurs nicotiniques post-synaptiques; imidaclopride.

Les différentes familles d’insecticides larvicides: Insect Growth Regulator (IGR) - Analogues de l’hormone juvénile: fénoxycarb, méthoprène et pyriproxyfène. - Inhibiteurs de synthèse de la chitine: lufénuron, flufénoxuron

Galénique des insecticides 1°) sur l’animal - Colliers - Poudres - Aérosols - Pulvérisateurs manuels - Lotions - Shampooings - "Pour on" à effet de surface (pipettes) - "Spot on" à effet systémique (pipettes) - Produits administrés per os (solution ou comprimés)

Pour l’environnement - Pulvérisateurs - Diffuseurs

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):