Qu'est-ce que la cholécystite ?

La cholécystite est une inflammation, le plus souvent d’origine infectieuse, de la vésicule biliaire (organe situé en dessous du foie et contenant la bile produite par le foie). La majeure partie du temps elle se caractérise par l’existence de calculs dans la vésicule biliaire. Elle se manifeste lorsqu’un calcul obstrue tout ou partiellement le canal cystique, qui transporte la bile de la vésicule biliaire à la voie biliaire principale qui elle, se jette dans le duodénum. La présence de calculs dans la vésicule biliaire est la complication infectieuse la plus fréquente.

La cholécystite peut être aiguë ou chronique (c'est-à-dire qu'elle s'installe dans le temps) plus rarement.

Qu'est-ce que la cholécystite aiguë ?

La colique hépatique est une douleur provoquée lorsqu’il y a des calculs présents dans la vésicule biliaire qui se déplacent pendant l’expulsion de la bile dans le canal cystique. Si ce canal reste bouché trop longtemps, la colique hépatique se complique d’une inflammation la vésicule biliaire qui peut même s’infecter : c’est la   cholécystite aiguë.

Qu'est que la Cholécystite chronique ?

La cholécystite chronique est une inflammation continue de la vésicule biliaire. Elle découle presque toujours de calculs et de crises répétées de cholécystite aiguë à minima.

Elle se caractérise par des crises répétées de douleur (colique biliaire) qui surviennent quand des calculs biliaires bloquent régulièrement le canal cystique.

Photo : schéma de l'arbre biliaire dont la vésicule biliaire

Photo : schéma de l'arbre biliaire dont la vésicule biliaire

Crédit : Nanoxyde - own, from File:Biliary system multilingual.svg © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

Chiffres : la cholécystite est-elle fréquente ?

  • Dans les pays occidentaux, la fréquence de la lithiase vésiculaire est d’environ 20% et monte à 60% après 80 ans.
  • Dans 20% des cas, un calcul vésiculaire se complique.
  • Dans un cas sur deux, la complication est due à la migration du calcul dans le canal cystique ou alors dans la voie biliaire principale dans des cas plus rares.

Quels sont les symptômes de la cholécystite ?

Les personnes souffrant de cholécystite chronique présentent rarement de la fièvre contrairement au cas de cholécystite aiguë. La douleur est moins intense que celle de la cholécystite aiguë et ne dure pas aussi longtemps

Quels sont les symptômes de la cholécystite aiguë ?

  • Des douleurs abdominales intenses appelées colique hépatique, soudaines, puis de plus en plus forte et qui dure moins de trois heures.
  • Des douleurs projetées au niveau de l’omoplate droite.
  • Une fièvre supérieure à 38,5 °C.
  • Un blocage de l’inspiration profonde par les douleurs 
  • Des nausées.

Quels sont les symptômes de la cholécystite chronique ?

  • Des crises récurrentes de douleurs.
  • La partie supérieure de l’abdomen au-dessus de la vésicule biliaire peut être douloureuse lorsqu'on la touche.

Dans quels cas la vésicule biliaire doit-elle être retirée ?

Réponse du Docteur Nicolas Veyrie :

"Ce ou ces calculs peuvent ne rien faire ou bloquer la vésicule biliaire et l'infecter, on parle donc de cholécystite aiguë. Ils peuvent également migrer et bloquer la vésicule biliaire principale et/ou le canal de wirsung entraînant alors des complications très graves : angiocholite ou pancréatite. Dans tous les cas de figure la vésicule biliaire devra être retirée."

Cholécystite : quelles sont les causes ?

  • Des crises de coliques précèdent souvent la survenue d'une cholécystite, elle-même régulièrement due à des calculs biliaires. La bile stockée dans la vésicule biliaire ne peut plus s’extraire et la vésicule sous tension et inflammatoire s’infecte.
  • Les autres causes demeurent beaucoup plus rares. Peuvent néanmoins être responsables :
    • Certaines maladies : diabète, cancer de la vésicule, périartérite noueuse (maladie auto-immune atteignant les artères), sida.
    • L'inflammation d'autres organes : intestin, rein.
    • Certains traumatismes : coups, accidents.
    • Une anomalie congénitale de la vésicule biliaire.
    • Des interventions chirurgicales abdominales.

Quels sont les facteurs de risques de la cholécystite ?

Le facteur de risque principal est la présence de calculs biliaires qui peuvent être favorisés par :

  • L'âge : elle est plus fréquente chez les personnes âgées.
  • Le sexe : les femmes risquent davantage d’avoir des calculs biliaires que les hommes dus à la production d’œstrogènes qui modifie la composition de la bile et augmente la formation de calculs.
  • La prise de poids importante et rapide ou un jeûne prolongé, ex. : anorexie mentale ou d’alimentation artificielle pendant plusieurs semaines.
  • La prise de certains médicaments : œstrogènes, traitement contre le cholestérol peuvent aussi jouer un rôle dans ce processus.
  • Certaines maladies y sont associées :
    • maladies intestinales,
    • mucoviscidose,
    • diabète.

Cholécystite : quelles sont les personnes à risque ?

Tout individu peut se trouver atteint de la cholécystite. Cela dit, les personnes suivantes sont plus à risques :

  • Les femmes.
  • Les personnes âgées.
  • Les personnes présentant un surpoids.

Photo : les femmes en surpoids sont plus à risques de cholécystite

Photo : les femmes en surpoids sont plus à risques de cholécystite

Contagion : la cholécystite s'attrape-t-elle ?

La cholécystite n'est pas contagieuse.

Cholécystite : qui, quand consulter ?

En présence des symptômes ci-dessus, consultez son médecin traitant sans attendre. Des examens complémentaires sont nécessaires pour confirmer le diagnostic. La  crise simple de colique hépatique dure 2 ou 3 heures,  mais une cholécystite aiguë ne guérit pas spontanément. Il convient toujours de réaliser un bilan hépatique, une échographie abdominale et demander l’avis d’un chirurgien digestif.

Cholécystite : quelles sont les complications ?

Quelles sont les complications de la cholécystite en l'absence de prise en charge rapide ?

En l'absence de prise en charge rapide, la cholécystite aiguë peut évoluer et avoir des conséquences graves : abcès du foie ou péritonite biliaire.

En cas de migration du ou des calculs dans la voie biliaire principale d’autres complications graves peuvent survenir :

  • L'angiocholite : infection de la voie biliaire (cholédoque) et du foie.
  • L'inflammation du pancréas (pancréatite) qui peut se développer si le calcul bloque le canal pancréatique (Wirsung).

Ces maladies entraînent, en plus d’une importante fièvre, des douleurs abdominales importantes, une jaunisse (ictère) et une forte détérioration de l’état général. L'hospitalisation en urgence est toujours nécessaire. Ces complications restent rares, mais graves.

Quelles sont les complications si la crise aiguë de cholécystite se prolonge ?

Si la crise aiguë se prolonge de manière partielle, cela peut indiquer une complication qui est la cholécystite chronique. Elle se caractérise par des nausées récurrentes, des vomissements et nécessite également le retrait de la vésicule biliaire.

Cholécystite : quels sont les examens et analyses ?

Cholécystite : quels sont les examens cliniques ?

Le médecin traitant palpe l'abdomen du patient dans l’espace situé sous les côtes : côté droit. Le diagnostic de cholécystite aiguë est évoqué si ce geste provoque une douleur qui bloque l’inspiration (signe de Murphy).

Cholécystite : quels sont les examens complémentaires ?

Le médecin pose le diagnostic de cholécystite sur la base des symptômes, des résultats des examens d’imagerie et du bilan sanguin :

  • L’échographie : c'est le meilleur moyen de détecter des calculs biliaires dans la vésicule.
  • Les analyses de sang : le bilan hépatique  permet d'évaluer le degré de fonctionnement du foie et de vérifier s’il est abîmé. Ces analyses ne permettent pas de confirmer le diagnostic. Le nombre de globules blancs peut aussi être compté (numération formule sanguine) car un taux élevé de globules blancs suggère : une infection, un abcès, une gangrène ou une perforation de la vésicule.
  • La tomodensitométrie (TDM) ou scanographie  de l’abdomen peut détecter certaines complications comme la cholécystite, la pancréatite aiguë ou une péritonite biliaire.

Cholécystite : quels sont les traitements ?

En cas de cholécystite aiguë ou chronique, les personnes doivent être hospitalisées.

Quels sont les traitements médicamenteux de la cholécystite ?

On administre aux personnes des antibiotiques par voie intraveineuse et des antalgiques (anti douleurs).

Cholécystite : quels sont les traitements chirurgicaux ?

Pour une guérison complète, l'ablation de la vésicule est toujours nécessaire.

La vésicule biliaire est généralement retirée dans les 24 à 48 heures après l’apparition des symptômes, si une cholécystite aiguë est confirmée. Le risque occasionné par l’intervention chirurgicale est faible.

Dans la cholécystite chronique, la vésicule biliaire peut être enlevée en dehors d’un épisode aigu.

L’ablation chirurgicale de la vésicule biliaire est généralement pratiquée par cœlioscopie ou plus rarement par laparotomie.

Prévention : comment éviter la cholécystite ?

Mesures générales :

  • Prévenir la surcharge pondérale.
  • Éviter les régimes basés sur le jeûne.
  • Veiller à avoir une alimentation saine et équilibrée, riche en fruits et légumes et équilibré en viandes et en graisses.

Le docteur Nicolas Veyrie, précise : "Ces mesures ne permettent pas d’empêcher formellement la formation de calculs, mais demeurent à conseiller".

Mesures après la survenue de crises de colique hépatique et de cholécystite :

Il sera toujours nécessaire de réaliser une cholécystectomie (ablation de la vésicule biliaire) en cas de vésicule lithiasique (qui génère des lithiases c'est-à-dire la formation de concrétions solides – calculs). C'est le seul moyen capable d’empêcher des complications répétées à long terme.

Par ailleurs on peut associer à ces mesures préventives :

  • Un contrôle régulier du taux de cholestérol.
  • Des exercices physiques réguliers.
  • La prévention de la surcharge pondérale.

Sites d’informations et associations

Association Française de Formation Médicale continue en Hépato-Gastro- Entérologie.

Sources

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cholecystite/traitement-suites

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-du-foie-et-de-la-v%C3%A9sicule-biliaire/maladies-de-la-v%C3%A9sicule-biliaire-et-des-voies-biliaires/chol%C3%A9cystite#v28483708_fr