Plusieurs personnes contractent un cancer après avoir reçu les organes d’une femme de 53 ans

Publié le 20 Septembre 2018 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Quatre personnes ont été touchées par un cancer du sein après avoir  bénéficié d'un organe provenant de la même donneuse, elle aussi malade. Trois d'entre-elles sont décédées, une seule serait sortie d'affaire après avoir subi un traitement par chimiothérapie et le retrait de l'organe greffé.
Publicité

© Adobe StockC'est un fait qualifié d'une "extrême rareté" par les médecins qui vient d'être rapporté par la chaîne américaine CNN. Selon une étude publiée dans l'American Journal of Transplantation, quatre personnes d'origine européenne ayant reçu des organes d'une même donneuse ont été touchées d'un cancer du sein. Trois d'entre-elles sont décédées.

Des micro-métastases non détectables

Reins, poumons, foie et coeur ont été prelévés sur la donneuse décédée d'un accident cardiovasculaire cérébral en 2007. Plusieurs analyses ont été effectuées comme le protocole permettant la validité d'un organe à la greffe l'indique avant de pouvoir être donné à une personne qui en a besoin. Les résultats n'ont montré aucun signe de cancer, rapporte l'étude. Tous les receveurs ont manifesté des signes de problèmes de santé entre les 16 mois et les 6 ans qui ont suivi leur greffe.

Publicité

La première victime était une femme de 42 ans d'abord hospitalisée pour un probème lié à au poumon qu'on lui avait greffé, selon BFMTV. Les médecins lui détectent alors des cellules cancéreuses dans les ganglions lympphatiques dont elle décèdera en 2009. La deuxième personne touchée, une femme de 62 ans ayant reçu le rein gauche de la donneuse malade, décède en 2013. Une année plus tard, une autre femmede âgée 59 ans greffée du foie subi le même sort. Toutes les victimes ont été touchées par la même tumeur ayant métastasé dans le reste du corps. Seule une parmi les quatre receveuses s'en ait sorti après une chimiothérapie, la suspension de traitements immunosupresseurs et le retrait du rein reçu de la donneuse malade.

Publicité

Interpellés, les médecins pratiquent des analyses ADN et trouvent rapidement le point commun à toutes : la donneuse. Cette dernière, selon l'étude, était atteinte de micro-métastases qui s'étaient propagées dans tous l'organisme expliquant qu'elles n'avaient pu être décelées lors des examens de routine précédent la greffe.

Un fait similaire en France

C'est un fait rare mais pas impossible qui s'est même déjà produit en France. En juin 2018, une patiente avait attaqué le CHRU de Besançon après avoir reçu un rein porteur d'une tumeur cancéreuse. La donneuse était en fait atteint d'une tumeur à l'utérus . Mais comment expliquer qu’une donneuse porteuse d’un cancer ait été éligible au don ? "Il n'existe pas de contre-indication de principe au don d'organes, même si vous avez eu une maladie. Les personnes jeunes, âgées, malades ou en bonne santé sont des donneuses potentielles" rappelle l’Agence de le Biomédecine sur son site dondorganes.fr. "En cas de décès, l'équipe médicale en charge du donneur sera seule juge et évaluera, au cas par cas, les organes et tissus pour s'assurer de la faisabilité du prélèvement" ajoute cette institution.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X