AVC : 3 tests qui permettent de détecter les symptômes

Publié le 13 Janvier 2019 par La Rédaction Médisite
L'AVC, ou accident cardiovasculaire cérébral, fait partie des maladies cardiovasculaires les plus courantes. Plus ses symptômes sont détectés rapidement et suivis d'une prise en charge urgente, meilleur est le pronostic. Savoir reconnaître les signes de l'AVC est donc indispensable.
Publicité

© Istock

Quels sont les symptômes de l'AVC ?

L'accident vasculaire cérébral ou AVC peut se manifester de diverses manières en fonction de la localisation cérébrale atteinte par le saignement ou l'ischémie. Il peut survenir à n'importe quel moment, de manière brutale ou progressive. On peut observer un déficit d'un hémicorps, voire une paralysie totale d'une moitié du corps. Seuls un bras ou une jambe peuvent être engourdis ou atteints de fourmillements. Il peut également s'agir de troubles de la parole (difficultés d'articulation ou recherche des mots) ou de signes touchant le visage avec une paralysie d'une moitié de la face (asymétrie de la bouche, chute d'une paupière). L'AVC est alors visible en raison de l'asymétrie des mouvements du visage qu'il provoque. On peut observer des troubles de la vue, des troubles de la mémoire, une perte d'équilibre, une désorientation temporo-spatiale, voire une perte de connaissance. Des maux de tête brutaux accompagnés de nausées ou vomissements peuvent se manifester. Les AVC massifs peuvent entraîner le décès très rapidement.

Publicité

Comment être sûr qu'il s'agit d'un AVC ?

Lorsque des signes évocateurs d'accident vasculaire cérébral apparaissent, il faut réagir très vite. Même s'ils disparaissent, la conduite à tenir est la même, car il peut alors s'agir d'un accident ischémique transitoire, qui peut être le précurseur d'un AVC constitué. Si le sujet est conscient, il faut alors lui demander de sourire pour observer une éventuelle asymétrie de la bouche ou de fermer très fort les yeux pour observer les paupières. Il faut également lui demander de répéter une phrase simple pour voir s'il est capable de la mémoriser et d'articuler. Enfin, il faut essayer de lui faire bouger les bras et les jambes de façon symétrique pour voir s'il existe une différence entre les deux côtés. Au moindre doute, il est nécessaire d'appeler les secours, surtout s'il s'agit d'une personne à risque, c'est-à-dire ayant une pathologie cardiovasculaire, un antécédent d'AVC ou un diabète.

Publicité

Comment réagir face à des symptômes d'AVC ?

Lorsque ces tests ont été effectués, les secours doivent être appelés de toute urgence, en composant le 15, numéro du SAMU, ou le 18, numéro des pompiers, qui sont toujours en lien avec le SAMU. IL ne faut pas céder à la panique, installer le sujet en position allongée ou semi-assise, pour éviter le risque de chute. Il est conseillé de ne pas donner à boire ni à manger en raison du risque de fausse route. Plus la prise en charge sera précoce, plus la récupération sera bonne. Les séquelles définitives dépendent du temps entre la constitution de l'AVC et le traitement. L'AVC doit être traité dans les deux heures qui suivent sa constitution.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X