Coton-tige ou cure-oreille : la différence

En 2020, les cotons-tiges avec un tube de plastique seront purement interdits à la vente. Si ce petit objet s’avère très polluant, il n’en demeure pas moins très utile pour maintenir une bonne audition. Mais rassurez-vous, il existe d’autres solutions pour enlever l’excès de cérumen. Le cure-oreille est l’une d’entre elles.
Istock

Vers une fin du coton-tige

Laloi pour la reconquête de la biodiversité prévoit l’interdiction formelle de la vente du coton-tige, du moins sous sa forme actuelle. A partir du 1er janvier 2020, tous les cotons-tiges munis d’un tube en plastique non biodégradable disparaîtront des rayons des supermarchés. En effet, ceux-ci sont responsables d’une importante pollution des rivières et des mers, notamment. Pourtant, le coton-tige fait partie des indispensables des salles de bains. La majorité des Français se servent quotidiennement de ces bâtonnets ouatés pour nettoyer leurs conduits auditifs.

Le cure-oreille, une alternative à découvrir

Les oto-rhino-laryngologues n’ont de cesse de dénoncer un usage excessif du coton-tige qui, d’une part, peut abîmer les structures auditives et, d’autre part, altérer la fonction première du cérumen qui est de protéger l’appareil auditif. Nombre d’entre eux conseillent l’utilisation d’un cure-oreille 1 à 2 fois par semaine seulement. Importé du Japon, ce petit bâtonnet recourbé, également appelé «oriculi», présente l’avantage d’être nettoyable et donc réutilisable. Les sprays auditifs représentent également une autre solution efficace à condition d’être utilisés avec parcimonie.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):