Piroplasmose du chien : les séquelles possibles

La piroplasmose est une maladie du chien particulièrement grave. En effet, elle se traduit par des symptômes sévères qui peuvent parfois être mortels pour l’animal. Mais avant d’en arriver là, la piroplasmose du chien et les séquelles qu’elle entraîne doivent être connues.

Publicité
Publicité

vignette-focus-500x334.jpg© Istock

Comprendre la piroplasmose du chien

La piroplasmose du chien est due au Babesia canis, un micro-organisme qui envahit les globules rouges et les détruit. Le chien est infecté par ce virus lorsqu’il est piqué par une tique contaminée. Les symptômes proprement dits ne font leur apparition que dans les jours qui suivent la piqûre (entre 2 et 30 jours après). On constate alors, notamment quelques jours après une balade en campagne, que le chien est abattu et qu’il n’a pas d’appétit. Ces symptômes en apparence sans gravité ne doivent pas être pris à la légère. Il faut en effet immédiatement amener son chien chez le vétérinaire, a fortiori s'il présente aussi une légère toux et est victime de diarrhées et/ou de vomissements. Si l'on tarde trop, la maladie va très vite s’aggraver et peut être mortelle.

Publicité

Piroplasmose du chien : séquelles

Publicité

Les principales séquelles consécutives à une piroplasmose du chien concernent le foie et les reins. Il est donc indispensable de réagir rapidement : si la maladie est prise en charge à temps, les chances de rémission sans séquelles sont de 100 %. En revanche, plus on tarde à traiter l’animal, plus les risques de séquelles hépatiques ou rénales sont élevés. Il reste néanmoins possible de prévenir l’apparition de cette pathologie en inspectant minutieusement son chien après chaque balade en campagne ou en forêt, afin de s’assurer qu’il n'a sur lui aucune tique, ou encore en lui faisant porter un antiparasitaire efficace (collier ou pipettes à placer sur la nuque du chien).

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés