Anévrisme cérébral : le traitement par embolisation

L'anévrisme cérébral fait partie des maladies cardiovasculaires à haut risque de mortalité, sa principale complication étant la rupture qui provoque une hémorragie cérébrale. Lorsque la présence de l'anévrisme est connue, un traitement préventif par embolisation peut en éviter la rupture.

Publicité

vignette-focus-500x332.jpg© Istock

Qu'est-ce qu'un anévrisme cérébral et quels sont les risques ?

L'anévrisme cérébral correspond à une excroissance de la paroi d'une artère du cerveau. Cela constitue une poche de sang dont la paroi est fragile. Le risque principal des anévrismes cérébraux est la rupture qui peut provoquer une hémorragie cérébrale massive et le décès du sujet. Souvent, l'anévrisme ne provoque pas de symptômes et est découvert de manière fortuite lors d'un scanner ou d'une IRM pratiqués pour une autre raison. Il peut tout au plus donner des maux de tête ou des petits troubles neurologiques s'il est volumineux et en fonction de sa localisation.

Publicité
Publicité

Comment traiter un anévrisme cérébral par embolisation ?

Lorsqu'un anévrisme cérébral est découvert sur un scanner ou une IRM, il faut envisager un traitement neurochirurgical. Pour cela, le chirurgien va introduire un cathéter par voie fémorale pour aller emboliser l'anévrisme (c'est-à-dire l'obstruer) et l'exclure de la circulation cérébrale. Ainsi, le risque d'hémorragie par rupture est minimisé. Cette technique est peu invasive et permet ainsi de limiter le risque opératoire. Si l'anévrisme est volumineux, un traitement chirurgical consistant en son ablation peut être nécessaire.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X