Alerte sur des risques d’anévrisme liés à la prise d’antibiotiques

L’ANSM met en garde une nouvelle fois, le 6 novembre 2018, les professionnels de la santé sur les risques d’anévrismes et de dissection aortique liés à la prise d’antibiotiques fluoroquinolones.

Publicité

Les antibiotiques fluoroquinolones augmenteraient les risques d’anévrismes et de dissection aortique informe de nouveau l’ANSM le 6 novembre 2018 en accord avec l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) et les laboratoires commercialisant ces traitements. La prescription des fluoroquinolones par voie systémique (par injection, voie cutanée) ou inhalée est utilisé pour "traiter des infections bactériennes au cours desquelles le pronostic vital peut être engagé", rappelle l’ANSM. Des études épidémiologiques et non cliniques montrent qu’il y a une multiplication par deux des cas d’anévrismes et de dissections aortiques. Les personnes âgées sont particulièrement touchées après un traitement par des fluoroquinolones contrairement à des patients ne prenant pas d'antibiotiques ou prenant d'autres antibiotiques tel que l'amoxicilline. Les patients doivent donc prendre ces médicaments "qu'après une évaluation attentive du rapport bénéfice/risque et après prise en compte des alternatives thérapeutiques", ajoute l’ANSM.

Publicité
Publicité

La liste des substances actives concernées en France est la suivante : ciprofloxacine, lévofloxacine, moxifloxacine, norfloxacine, fluméquine et ofloxacine.

"Apparitions brutales d’intenses douleurs abdominales"

"L'anévrisme et la dissection aortique sont des évènements rares, ayant une incidence d'environ 3 à 30 cas sur 100 000 personnes par an.", rapporte l’ANSM.
Des facteurs prédisposants peuvent être néanmoins pris en compte tels que :

  • les antécédents familiaux d’anévrisme
  • la préexistence d’un anévrisme ou d’une dissection aortique
  • le syndrome de Marfan: maladie génétique, souvent héréditaire, qui attaque les tissus conjonctifs soutenant les organes, les os, les muscles et les vaisseaux.
  • le syndrome vasculaire d’Ehlers-Danlos : pathologie héréditaire responsable d’une fragilité inhabituelle de certains tissus ou organes du corps humain.
  • l’artérite de Takayasu : maladie rare, inflammatoire, qui touche presque toujours des grosses artères. Appelée aussi maladie des "femmes sans pouls", elle illustre la disparition des pouls aux membres supérieurs, liée à une obturation des artères. Elle survient plus fréquemment chez les femmes.
  • l’artérite à cellules géantes ou maladie de Horton : maladie de Horton ou artérite giganto-cellulaire est une inflammation d’une ou des deux artères temporales. Ces artères sont localisées à la partie supérieure des tempes.
  • la maladie de Behçet : maladie liée à l'inflammation des vaisseaux sanguins. Elle se manifeste essentiellement par des aphtes dans la bouche ou sur les organes génitaux, mais également par une atteinte des yeux, de la peau, des articulations, du système nerveux et des veines (occlusions) ou des artères.
  • l’hypertension artérielle :la tension artérielle désigne la pression sanguine à l’intérieur des artères. L’hypertension artérielle survient lorsque la pression pendant la contraction du cœur (pression systolique) est supérieure à 140 mmHg et/ou lorsque la pression pendant le relâchement du cœur (pression diastolique) est supérieure à 90 mmHg.
  • l’athérosclérose :l’athérosclérose se caractérise par l’accumulation de dépôts graisseux (plaques d’athérome) sur les parois des artères. À terme, ces plaques empêchent le sang de circuler normalement et peuvent entraîner de très graves complications cardiovasculaires comme une insuffisance coronarienne.

Si des apparitions brutales d’intenses douleurs abdominales, thoraciques ou dorsales apparaissentaprès la prise de fluoroquinolones, les patients doivent impérativement avertir d’urgence un médecin.

La liste des spécialités concernées est disponible sur le site de l’ANSM.

Les séquelles d’une rupture d’anévrisme

Lorsqu’une artère se dilate, une petite poche remplie de sang appelée anévrisme peut se former. Ce phénomène concerne surtout les artères cérébrales et l’aorte abdominale. On parle de rupture d’anévrisme lorsque cette poche se rompt et provoque une hémorragie. La présence et la gravité des séquelles après une rupture d’anévrisme dépendent de l’artère touchée, de la quantité de sang écoulé, de la rapidité de la prise en charge, de l’âge et de l’état de santé du patient. On estime que près d’un patient sur trois décède à la suite d'une rupture d’anévrisme. Un tiers est pris en charge suffisamment tôt et regagne son domicile sans complication, hormis des maux de tête qui finissent par disparaître. Le dernier tiers se remet de l’accident mais présente des séquelles. Dans le meilleur des cas, il s’agit de troubles de la mémoire et de céphalées plus ou moins intenses.
Certaines personnes présentent une hémiplégie : la partie gauche ou droite de leur corps est paralysée. L’état végétatif est la plus grave séquelle après une rupture d’anévrisme.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X