Un médecin radié accusé d'avoir administré un vaccin à la matière fécale

Lundi 19 mars, à Rennes, s'est tenu le procès d'un chirurgien urologue qui malgré avoir été radié par l'Ordre des médecins a continué à exercer et est accusé d'avoir utilisé un vaccin à la matière fécale sur une patiente, rapporte le journal Ouest France.
Adobe Stock

Lundi 19 mars au tribunal correctionnel de Rennes s'est tenue le procès d'un chirurgien urologue âgée de 80 ans. Selon Ouest-France, radié de l'ordre des médecins en 2006, pour charlatanisme, l'homme aurait continué d'exercer de septembre 2011 à décembre 2015 avant de cesser tout activité il y a trois ans. Il fait aujourd'hui face une accusation pour pratique illégale de la médecine. Le journal rapporte que pour sa défense l'accusé aurait déclaré avoir exercé en tant que "consultant" parce que les gens le "suppliaient".

Un vaccin à la matière fécale administré contre le gré de la patiente ?

Autre accusation, toujours selon Ouest-France le médecin aurait pratiqué l'autovaccin, c'est-à-dire prélever de la matière fécale sur un patient la faire traiter dans un laboratoire pour lui réinjecter après. Une patiente aurait accusé l'ex- médecin de lui avoir administré ce type de vaccin contre son gré ce que l'accusé nie totalement. Ouest France rapporte que l'homme risque 5000€ et une interdiction totale et définitive de pratiquer toute activité professionnelle.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Un vaccin contre le cancer, est-ce possible ?