Diabète gestationnel : le risque de souffrance foetale

Publicité

Le diabète gestationnel représente une complication de la grossesse qui se caractérise par une augmentation excessive de la glycémie sanguine. Non maîtrisée, cette pathologie peut avoir des conséquences sur le développement fœtal.

Publicité

Diabète gestationnel : quel dépistage ?

En France, la majorité des femmes enceintes font l’objet d’un dépistage organisé du diabète gestationnel au moyen d’un test appelé Hyperglycémie Provoquée par Voie Orale (HPVO). Ce dernier consiste à faire boire à la femme enceinte, entre la 24e et la 28e semaine d'aménorrhée, une dose de 75 g de glucose pour voir de quelle manière son organisme va réagir et traiter l’excès de glucides dans le sang. Les résultats obtenus à différents moments de l’absorption intestinale vont permettre de détecter un éventuel diabète gestationnel. Si la pathologie est avérée, des mesures diététiques sont généralement préconisées en première intention. Elles seront associées à une mesure régulière de la glycémie sanguine.

Diabète gestationnel : quels risques ?

Publicité

Lorsqu’il n’est pas détecté ou qu’il est insuffisamment pris en charge, le diabète de grossesse peut avoir de lourdes conséquences. Chez la mère, il accroît le risque d’hypertension artérielle, d’infections urinaires ou encore d’accouchement prématuré. Chez le fœtus, le diabète gestationnel peut entraîner une macrosomie, c’est-à-dire un poids à terme dépassant les 4 kg. Ce risque explique en partie l’augmentation du risque d’accouchement par césarienne chez la femme enceinte atteinte de diabète gestationnel. Mais la pathologie peut également entraîner chez le nouveau-né une jaunisse, une hypoglycémie néo-natale, un syndrome de détresse respiratoire…

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité