Arthrose cervicale : les analgésiques un traitement ?

Arthrose cervicale : les analgésiques un traitement ?©Istock

Egalement appelés antalgiques, les analgésiques constituent une classe médicamenteuse utilisée pour soulager les douleurs. En cas d'arthrose cervicale, ils sont donc préconisés en première intention. Mais contrairement aux idées reçues, les analgésiques ne se limitent pas seulement au paracétamol mais se déclinent en différents niveaux d'intensité.


Publicité
Publicité

Traitement de l'arthrose cervicale : les analgésiques de niveau 1

Ce groupe d'analgésique regroupe à la fois le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ces substances, dans lesquelles on retrouve le doliprane, l'aspirine ou encore l'ibuprofène, sont principalement indiquées pour agir sur des douleurs arthritiques légères à modérées. Une prise régulière de ces médicaments peut entraîner des troubles gastriques.

Publicité

Traitement de l'arthrose cervicale : les analgésiques de niveau 2

Cette classe de médicaments concerne ce que l'on appelle les dérivés morphiniques ou opiacés dans une forme allégée. On compte dans ce groupe la codéine, le tramadol, le dextropropoxyphène et bien d'autres encore. Ces molécules agissent directement sur les récepteurs impliqués dans l'arrêt de la douleur. Dotés d'un mécanisme d'action différent, ces analgésiques sont parfois associés à des médicaments de niveau 1 pour une efficacité accrue. Néanmoins, ils provoquent plusieurs effets secondaires parmi lesquels figurent, entre autres, la dépendance physique, la somnolence et les difficultés respiratoires.

Traitement de l'arthrose cervicale : les analgésiques de niveau 3

Ce dernier niveau rassemble les analgésiques opioïdes forts dans lesquels sont classés la morphine et ses dérivés. S'ils agissent de la même manière que les antalgiques de niveau 2, leur puissance est bien plus élevée. Ils sont donc prescrits pour les douleurs résistantes à toutes les autres substances et font l'objet d'un suivi médical extrêmement rigoureux. Leur préconisation reste rare.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité