Mycose vaginale : des rapports sexuels trop fréquents en cause ?

Mycose vaginale : des rapports sexuels trop fréquents en cause ?©istock

Relativement fréquente, la mycose vaginale se caractérise par un déséquilibre de la flore du vagin face à la multiplication anarchique d'agents pathogènes susceptibles d'être transmis au cours de rapports sexuels non protégés, mais pas seulement… Explications.

Publicité

Mycose vaginale, quelles causes ?

Dans la majorité des cas, la mycose vaginale est provoquée par Candida Albicans, un champignon microscopique naturellement présent dans la flore vaginale. Si jusqu'ici tout va bien, il arrive toutefois que le champignon devienne, pour de multiples raisons, pathogène et génère une infection. S'il s'agit là de la principale étiologie de cette forme de candidose, d'autres agents peuvent également entraîner ce même type de vaginite. C'est le cas notamment des virus, des bactéries ou encore des parasites qui, eux, sont généralement contractés lors de rapports sexuels non protégés avec une personne porteuse même si, il faut le préciser, la mycose génitale n'est pas considérée comme une maladie sexuellement transmissible.

Publicité

Les rapports sexuels sont-ils un facteur de risque ?

Malheureusement, il n'y a pas qu'avec un nouveau partenaire que le risque de contracter une mycose vaginale existe. Les rapports sexuels avec un partenaire régulier peuvent aussi en être à l'origine puisqu'une lubrification vaginale insuffisante au moment de la pénétration peut générer des irritations. De minuscules coupures se forment alors, ce qui favorise la multiplication excessive du champignon Candida Albicans. L'utilisation d'un lubrifiant artificiel peut constituer une solution efficace pour éviter ce type de candidose vaginale.

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité