AVC ischémique : la prise en charge est-elle totale ?

Publicité

Véritable urgence médicale, l'Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ischémique résulte de l'obstruction partielle ou totale d'une artère cérébrale par un caillot sanguin. Si la prise en charge de ce type d'infarctus cérébral doit être la plus rapide possible, la mise en œuvre d'un traitement adapté et d'un protocole de rééducation augmente les chances de récupération du patient.

Publicité

La prise en charge en urgence de l'ACV ischémique

Lorsqu'un AVC ischémique se déclare, la prise en charge du patient ne peut être réalisée que dans un cadre hospitalier doté d'une unité neurovasculaire. En effet, le patient doit se voir administrer, dans les plus brefs délais, un traitement médical visant à résorber le caillot sanguin. C'est ce que l'on appelle la thrombolyse. Le rétablissement d'une circulation sanguine normale au niveau du cerveau est essentiel pour limiter les lésions induites par une privation d'oxygène.

Publicité
La prise en charge après un ACV ischémique

Une fois que le caillot est éliminé, le patient se voit généralement administrer un traitement à base d'antiagrégants plaquettaires ou d'anticoagulants afin d'éviter qu'une nouvelle thrombose ne se forme. Parallèlement, un protocole de rééducation est mis en place le plus précocement possible après l'infarctus afin que le patient puisse récupérer le maximum de fonctions altérées : marche, parole, mouvements des mains... Ces séances de rééducation se poursuivent souvent après l'hospitalisation, dans un centre spécialisé. Lorsque les fonctions ne peuvent pas être suffisamment récupérées, l'ergothérapeute permet au patient d'apprendre à utiliser ses capacités restantes pour vivre une vie quotidienne la plus normale possible.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité