Apnée du sommeil

Apnée du sommeil : Définition

Beaucoup de malaises sont la conséquence du syndrome d’apnée du sommeil qui se traduit par des pauses respiratoires répétées de plus de 10 secondes au cours du sommeil. C’est en général associé à un ronflement. En effet, le ronflement est dû à un rétrécissement des voies aériennes supérieures (voile du palais, luette, langue épaisse…) aggravé par le relâchement musculaire nocturne. En cas d’apnée ou arrêt respiratoire, les parois de l’arrière-gorge se rejoignent et ferment le passage aérien. L’air ne passe plus et la respiration cesse pendant plus de 10 secondes, et cela plusieurs fois par nuit (au moins 10 arrêts par heure de sommeil pour parler d’apnée du sommeil).

Les conséquences peuvent être néfastes: un sommeil de mauvaise qualité entraîne une envie de dormir au cours de la journée et une augmentation des risques d’accident au volant. Le manque d’oxygène entraîné par les apnées (hypoxie) peut provoquer à long terme des troubles du rythme cardiaque et une hypertension artérielle. 15% des ronfleurs en seraient atteints, les personnes obèses sont plus fréquemment touchés.

La maladie existe également chez l’enfant.

Apnée du sommeil : Causes

Les personnes les plus susceptibles d’avoir un syndrome d’apnée du sommeil sont celles qui ronflent de manière importante, qui présentent un surpoids (surcharge de tissus graisseux) ou des anomalies de la gorge ou du visage qui peuvent encombrer les voies respiratoires (menton rentré, grosse langue, malformation des voies respiratoires, déviation de la cloison nasale…).

Les somnifères et une consommation d’alcool peuvent augmenter l’affaissement des muscles et être une des causes de l’apnée du sommeil.

Chez l’enfant, la cause la plus fréquente est la présence de grosses amygdales (la conséquence d’angines ou de rhinopharyngites à répétition).

Apnée du sommeil : Symptomes

Il faut penser à un syndrome d’apnée du sommeil devant un ronfleur qui a envie de dormir le jour, qui est fatigué, irritable avec des maux de tête le matin, des troubles de la mémoire et de la concentration, des troubles de la libido. Pendant la nuit, la personne présente des sueurs nocturnes et a tendance à se lever très fréquemment pour uriner.

Le témoignage du conjoint est important car il peut remarquer des pauses respiratoires au cours du sommeil, s’accompagnant de reprises inspiratoires bruyantes.

Apnée du sommeil : Prévention

Quelques conseils peuvent améliorer le syndrome d’apnée du sommeil, mais pas totalement le guérir, notamment s’il est provoqué par une anomalie de la gorge ou du visage. Pour les personnes obèses ou en surpoids, un régime bien mené peut améliorer grandement le sommeil. Les médecins demandent également l’arrêt du tabac, de l’alcool, surtout après le repas du soir, et la prise de somnifères, qui accentuent la fermeture des voies aériennes.

La position couchée sur le côté est préférable à celle sur le dos qui favorise le ronflement

Apnée du sommeil : Examens

Après l’étude des symptômes, le médecin confirme le syndrome d’apnée du sommeil par un enregistrement de la respiration et de l’activité cérébrale au cours d’une polysomnographie. L’examen se passe la nuit en général dans un laboratoire du sommeil. Des électrodes sont posées sur la tête, le visage, la poitrine et les jambes du patient pour détecter les efforts de respiration et les mouvements. Une caméra peut aussi être utilisée pour savoir dans quelle position dort le patient.

Un électrocardiogramme sur 24h est également effectué pour dépister d’éventuels troubles du rythme cardiaque, ainsi qu’un examen ORL pour rechercher des anomalies anatomiques qui pourraient être à l’origine de l’obstruction des voies aériennes supérieures (cloison nasale déviée, grosses amygdales, grosse langue…).

Apnée du sommeil : Traitements

En raison de possibles complications à long terme (cardiovasculaire et pulmonaire), il est important de dépister l’apnée du sommeil et de la traiter à temps.

Le traitement le plus efficace, après le traitement des causes des apnées, est celui de la pression positive continue (PPC). Une assistance respiratoire va pousser de l’air sous pression pour lui permettre de dépasser l’obstruction et d’arriver plus facilement jusqu’aux poumons. On propose donc au patient de respirer la nuit pendant le sommeil à travers un masque maintenu en place sur le nez grâce à un harnais et relié à un petit compresseur qui envoie un débit d’air continu avec une certaine pression. En général bien tolérée, elle est cependant palliative car les apnées réapparaissent si elle est interrompue.

D’autres traitements, comme la chirurgie du voile du palais, des os du visage ou en cas de malformations ORL, peuvent être utile dans certains cas.

Il existe également des dispositifs dentaires que l’on place la nuit dans la bouche pour maintenir la mâchoire inférieure et la langue en avant.

Une grosse perte de poids suffit parfois à diminuer les ronflements et à faire disparaître les apnées.

Apnée du sommeil : Evolution

Il est important de reconnaître et de traiter précocement les apnées du sommeil car elles peuvent entraîner des troubles du rythme cardiaque, une hypertension artérielle, une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, une insuffisance respiratoire. La somnolence diurne a des répercussions également non négligeables au quotidien: elle diminue les capacités intellectuelles et peut provoquer des accidents du travail ou de la route.

Chez l’enfant, la maladie peut se manifester par une hyperactivité la journée et une respiration difficile la nuit. Elle peut être responsable de difficultés scolaires et d’un retard de croissance.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité