L'huile de poisson, riche en oméga 3

Publicité

Vous souvenez-vous des cuillerées d’huile de foie de morue que votre mère ou votre grand-mère vous contraignaient à avaler, lorsque vous étiez enfant ? Il faut dire que les médecins recommandaient tous, à cette époque, la consommation d’huile de poisson, car des découvertes étonnantes avaient été faites… sur la banquise ! 

Publicité

© Fotolia

L’huile de poisson est-elle riche en oméga 3 ?

L’huile de poisson, issue de la transformation des restes de poissons par l’industrie de la pêche, est une source avérée d’acides gras de type oméga 3. Si l’organisme humain sait fabriquer des acides gras à partir d’omégas 3, il ne peut en revanche pas produire d'omégas 3, qui doivent donc être apportés par l’alimentation. Or, les huiles de poisson n'en manquent pas. Cependant, il faut être vigilant quant à l’ingestion d’huiles de foie de morue ou de flétan. Riches en vitamine A, celles-ci s'avéreraient en effet néfastes pour la santé et toxiques pour l'organisme : dans le cas d'une consommation excessive, elles peuvent provoquer une hypervitaminose.

Publicité
Pourquoi consommer de l’huile de poisson, riche en oméga 3 ?

L’intérêt pour les omégas 3, issus des poissons, est né de l’étude des Inuits du Groenland. Les scientifiques se sont en effet aperçus que les peuples septentrionaux souffraient rarement de maladies cardio-vasculaires et de polyarthrite rhumatoïde, alors même que leur alimentation est très grasse ! Ce paradoxe s’explique par le type de graisse ingéré : les huiles et chairs de poissons gras, de phoque ou de baleine sont riches en omégas 3, qui permettent de diminuer le taux de triglycérides, de réguler le rythme cardiaque et la tension artérielle, de jouer enfin un rôle anti-inflammatoire.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité