A, B, AB : certains groupes sanguins augmenteraient le risque d’attaque cardiaque

A, B, AB : certains groupes sanguins augmenteraient le risque d’attaque cardiaque©iStock

Le groupe sanguin auquel nous appartenons pourrait être un bon indicateur du risque de maladies cardiovasculaires telles que l’infarctus, l’arrêt cardiaque ou l’AVC. Explications.

Publicité
Publicité

A, B, O ou AB. Et si votre santé cardiaque dépendait de votre groupe sanguin ? Selon des chercheurs en cardiologie expérimentale de l’université de Groningue, aux Pays-Bas, les personnes des groupes A, B et AB seraient plus à risque de maladies cardiovasculaires, telles que les infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et les arrêts cardiaques.

Publicité

Un risque d’infarctus accru de 9%

Pour arriver à ce résultat, les scientifiques ont passé au crible 531 articles regroupant un total de 1 362 569 personnes. Ils ont observé que parmi ces patients, ceux appartenant au groupe sanguin A, B et AB présentaient un risque plus élevé de souffrir d’évènements cardiovasculaires comparés aux personnes du groupe O. "Nous avons montré que le fait d’avoir un groupe sanguin autre que O est associé à un risque accru de 9% de problèmes coronariens et un risque accru de 9% d’évènements cardiovasculaires, en particulier l’infarctus du myocarde", précise Tessa Kole, principale auteur de l’étude citée par un communiqué du congrès de la Société Européenne de Cardiologie durant lequel elle a présenté ses travaux.

Protéines de coagulation et cholestérol chez les groupes A, B et AB

Mais comment expliquer un tel lien ? Si les chercheurs reconnaissent que de plus amples études sont nécessaires pour bien comprendre cette association, ils soupçonnent le rôle d’une protéine particulière appelée facteur de von Willebrand. Cette protéine favorisant la coagulation est plus concentrée dans le sang des personnes des autres groupes sanguins que O et pourrait donc jouer un rôle dans les évènements cardiovasculaires. De même, les personnes des groupes B, AB et particulièrement du groupe A présentent souvent des taux de cholestérol plus élevés. "Mais cette suggestion provient d’études de cas-témoins qui ont de faibles niveaux de preuves", tempère Tessa Kole. Cependant, "si ce lien est confirmé, cela pourrait avoir d’importantes implications dans le domaine de la médecine personnalisée", s’enthousiasme-t-elle enfin.

Vidéo. Infarctus : ces signes que les femmes ignorent

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité