Tachycardie : les autres causes que le stress

Publié le 11 Décembre 2018 par La Rédaction Médisite
La tachycardie correspond à une accélération du rythme des battements du cœur et, bien que souvent bénigne, elle est perçue comme angoissante par ceux qui en souffrent. On considère qu’il y a tachycardie si les battements cardiaques chez un adulte au repos excèdent 100 pulsations par minute. Elle peut se manifester à tout âge, de façon épisodique ou permanente et revêt diverses formes : tachycardie sinusale, tachycardie ventriculaire, tachycardie des oreillettes. Quelles sont les causes de la tachycardie, en dehors du stress ?
Publicité

vignette-focus-500x331.jpg© Istock

La tachycardie sinusale : le cœur n’est pas responsable

Dans le cas d’une tachycardie sinusale, ce n’est pas une maladie cardiovasculaire qui est à craindre. Au contraire, l’augmentation du rythme cardiaque n’est pas un dysfonctionnement du cœur mais une bonne adaptation du cœur à une modification extérieure. Ainsi, après un effort physique intense (sport), après un choc émotionnel (accès de colère, de peur ou de stress), après la consommation d’excitants (café, thé, drogues), il y aura une accélération transitoire du rythme cardiaque. Même constat si la personne souffre d’anémie, d’hyperthyroïdie, d’hypoglycémie ou est fiévreuse et déshydratée. En cas de tachycardie sinusale, l’important est donc d’identifier la cause pour soigner le symptôme de tachycardie.

Publicité

La tachycardie ventriculaire : un problème d’impulsion électrique

La tachycardie ventriculaire est une accélération du rythme cardiaque qui a pour origine l’un des deux ventricules. Quand tout va bien, les oreillettes envoient du sang vers les ventricules, lesquels se contractent de façon coordonnée sous l’effet de l’impulsion électrique donnée par les oreillettes et renvoient le sang vers les divers organes. En cas de tachycardie ventriculaire, l’impulsion électrique provient d’un des deux ventricules et non des oreillettes. D’où des contractions ventriculaires désordonnées. En cause, la cicatrice résiduelle d’un infarctus qui affecte la transmission du signal électrique, une maladie des valves du cœur, une maladie cardiaque de naissance, une inflammation du muscle cardiaque ou encore une anomalie génétique.

Publicité

La tachycardie des oreillettes ou fibrillation auriculaire

Dans le cas de la tachycardie des oreillettes ou fibrillation auriculaire, l’impulsion électrique donnée par les oreillettes aux ventricules se fait de façon irrégulière, désorganisée. Chez les personnes jeunes, on évoque comme cause principale la maladie de Bouveret, laquelle est sans gravité même si elle est impressionnante. Chez les personnes âgées de plus de 60 ans, la fibrillation auriculaire se produit quand la personne a fait récemment un infarctus du myocarde, une embolie pulmonaire, souffre d’hyperthyroïdie, d’une maladie des valves du cœur, ou prend un traitement à base de digitaline. Dès lors, le cœur ne peut plus effectuer son rôle de pompe correctement et des risques réels d’embolie existent.

Dans tous les cas où la personne ressent des palpitations, et qu’il ne s’agit pas d’un épiphénomène mais d’une situation répétitive ou durable, il convient de prendre rendez-vous avec son médecin.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X