Mycoses vaginales et rapports sexuels : existe-t-il un lien de cause à effet ?

Les mycoses vaginales ne sont pas des infections sexuellement transmissibles (IST). Autrement dit, elles ne s'attrapent pas au cours d'un rapport sexuel non protégé. En réalité, les champignons parasitaires microscopiques (ou levures) responsables des mycoses vaginales sont naturellement présents au sein de la flore vaginale. En temps normal, ils ne posent aucun problème, mais des circonstances particulières, comme les bouleversements hormonaux de la grossesse par exemple, peuvent déséquilibrer la flore. Résultat : les levures, généralement du type Candida albicans, se mettent à proliférer anormalement...

Rapport sexuel protégé : un facteur de risque de mycose vaginale ?

Si une mycose vaginale ne s'attrape pas, à proprement parler, lors d'un rapport sexuel, il faut reconnaître que l'utilisation du préservatif peut, dans certaines conditions, augmenter les risques de développer une mycose vaginale. Pourquoi ? Parce que les préservatifs sont souvent mal lubrifiés, ce qui peut déclencher une irritation vaginale : un terrain favorable pour une mycose… Cependant, le préservatif reste le meilleur moyen de se protéger d'IST très graves comme le sida. Il n'est donc pas conseillé d'y renoncer, surtout avec des partenaires "ponctuels" : mieux vaut simplement utiliser beaucoup de lubrifiant.

Dernier conseil : si vous avez mal après chaque rapport protégé, essayez les préservatifs sans latex. Vous souffrez peut-être d'une allergie au lieu d'une mycose…

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.