Définition : qu'est-ce qu'un phlegmon amygdalien ?

Les amygdales sont des organes du système immunitaire siégeant dans le pharynx, au fond de la gorge. Elles peuvent être le siège d’une inflammation lors d’une amygdalite ou d’une angine. Si celle-ci se complique, un abcès peut se former autour d’une ou des deux amygdales et former un phlegmon amygdalien. On parle alors de phlegmon péri-amygdalien. Cette pathologie est une urgence médicale en raison du risque possible de complications graves.

Chiffres : le phlegmon péri-amygdalien est-il fréquent ?

Le phlegmon amygdalien est le plus souvent une complication d’une angine.

Environ, 0,1% des angines vont se compliquer de phlegmon péri-amygdalien.

Le phlegmon amygdalien est l’abcès le plus fréquent des régions de la tête et du cou. Le nombre de nouveaux cas par an est d’environ 30 cas pour 100 000 habitants.

Quels sont les symptômes d'un phlegmon des amygdales ?

Les principaux symptômes du phlegmon amygdalien sont :

  • Un gonflement important du voile du palais, qui peut gêner la respiration et la déglutition. La formation de l’abcès au fond de la gorge entraîne un gonflement visible du voile du palais (palais mou). Celui-ci est situé à l’arrière de la bouche dans le prolongement de la voûte palatine (palais dur). 
  • Une fièvre élevée, pouvant aller jusqu’à 40 degrés.
  • Des maux de gorge, pouvant être violent, unilatéraux (le phlegmon est principalement unilatéral).
  • Une otalgie ou douleur de l’oreille, du même côté. La douleur à la gorge peut s’étendre à l’oreille. 
  • Un trismus : soit la contraction involontaire et permanente des muscles de la mâchoire qui rend difficile, voire impossible l’ouverture de la bouche.
  • Une hypersalivation, liée aux difficultés de déglutition. 
  • Une altération de la voix, qui semble voilée.
  • Une fatigue accrue
  • Une altération de l'état général.

Quelles sont les causes du phlegmon amygdalien ?

La phlegmon amygdalien est causé par la complication d’une angine, virale ou bactérienne, non ou mal soignée. En effet, l’inflammation des tissus avoisinant l’amygdale résulte d’une prolifération anormale d’un agent pathogène. La plupart du temps, d’ailleurs, le streptocoque bêta-hémolytique (SGA) est incriminé. On retrouve ce type de phénomène chez les personnes qui souffrent d'amygdalite ou d’angine chronique. Cette suppuration peut également survenir dans le cadre du cancer de la gorge. Dans tous les cas, l’abcès requiert une prise en charge médicale qui s’articulera soit autour d’une antibiothérapie adaptée soit, dans les cas les plus sévères, d’un drainage chirurgical.

Quels sont les facteurs de risques de phlegmon amygdalien ?

Les facteurs de risque de développer un phlegmon amygdalien sont :

  • une mauvaise hygiène dentaire ;
  • avoir un antécédent d’abcès péri-amygdalien ;
  • le tabagisme, qui favorise les infections ORL et leurs complications. En effet, la vapeur de la cigarette (et même la cigarette électronique) peut créer des irritations de la gorge. 

Le fait d’avoir déjà développé un abcès péri-amygdalien est aussi considéré comme un facteur de risque.

Scanner abcès amygdalien sur le droit de la personne 

Scanner abcès amygdalien sur le droit de la personne

Abcès amygdalien sur le droit de la personne comme on le voit sur l'imagerie CT, James Heilman, MD, 29 Mai 2016

Quelles sont les personnes concernées par le phlegmon des amygdales 

Le phlegmon amygdalien touche surtout les adultes jeunes, de 20 à 40 ans, mais il peut se développer à tous les âges de la vie, notamment chez les sujets ayant des facteurs de risque ou chez les enfants.

Combien de temps dure un phlegmon ?

La durée du phlegmon amygdalien dépend de la rapidité de la mise en route du traitement. Une antibiothérapie de 7 à 10 jours peut être nécessaire. Un traitement chirurgical d’évacuation de l’abcès peut nécessiter une hospitalisation de quelques jours.

Comment s'attrapent les phlegmons amygdaliens ?

Le phlegmon amygdalien est situé en profondeur et est moins contagieux qu’une angine. Cependant, les crachats du sujet malade, peuvent infecter un proche.

Phlegmon : qui, quand consulter ?

En cas de suspicion de phlegmon amygdalien, il est nécessaire de consulter son médecin traitant qui, grâce à un examen clinique, avec un abaisse-langue, fera le diagnostic, en visualisant directement l’abcès amygdalien. Si le phlegmon est obstructif, le sujet sera directement adressé aux urgences ORL pour une prise en charge immédiate. 

Photo : schéma du pharynx montrant la localisation des tonsilles (tonsil en anglais) ou amydales.

 Photo : schéma du pharynx montrant la localisation des tonsilles (tonsil en anglais) ou amydales.

Crédit : BruceBlaus. When using this image in external sources it can be cited as: Blausen.com staff (2014). © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/

Diagnostic : quels sont les examens et analyses nécessaires en cas de phlegmon ?

L’examen clinique est souvent suffisant pour faire le diagnostic de phlegmon amygdalien. Toutefois, des examens sont nécessaires pour adapter le traitement et évaluer le risque de complications. Il s’agit :

  • D’un bilan biologique et bactériologique, pour évaluer l’impact général du phlegmon.
  • D’une tomodensitométrie cervicale avec injection qui ne sera pratiquée qu’en cas de complications, de trismus sévère ou chez le jeune enfant de moins de 5 ans.
  • D'un examen bactériologique du pus ramené lors d’une ponction ou d’un drainage du phlegmon. Cet examen permet la réalisation d’un antibiogramme qui permet d’adapter au mieux l’antibiothérapie.
  • Des hémocultures (recherche sur une culture de microbes) : si la fièvre est supérieure à 39°, en raison du risque de septicémie.

Phlegmon amygdalien : quelles sont les complications ?

Les principales complications du phlegmon amygdalien sont :

  • Une infection para-pharyngée (du cou).
  • Une cellulite cervicale profonde : c'est une infection des tissus profonds de la face et du cou générée par un simple problème dentaire ou ORL pouvant mettre en jeu le pronostic vital.
  • Une dyspnée aiguë obstructive, en particulier dans les exceptionnelles formes bilatérales, c’est-à-dire des difficultés respiratoires dues à l’obstruction par un abcès volumineux, plus fréquemment en cas de forme bilatérale (exceptionnelle) ou d’hypertrophie préalable des amygdales.
  • Une septicémie (sepsis).

Phlegmon des amygdales : quels sont les traitements ?

Le phlegmon amygdalien constitue une urgence médicale qui peut nécessiter une hospitalisation. L’enfant est presque systématiquement hospitalisé, en cas de phlegmon amygdalien. Le traitement dépendra du stade évolutif et du risque de complication.

Les traitements médicaux du phlegmon

En l’absence de complications, un traitement médicamenteux peut suffire à guérir un phlegmon amygdalien. Une antibiothérapie adaptée va être mise en place, par voie orale, lorsque la déglutition est possible. Des antalgiques (contre la douleur) et des antipyrétiques pour lutter contre la fièvre vont y être associés. En cas d’œdème important, une corticothérapie de courte durée pourra être administrée. Une consultation de surveillance est nécessaire en cours de traitement.

Les traitements chirurgicaux du phlegmon

Lorsque le phlegmon amygdalien est trop volumineux et/ou obstructif, une hospitalisation pour un traitement chirurgical peut être nécessaire. Les différentes techniques sont :

  • le drainage chirurgical de l’abcès ;
  • l’excision de l’abcès ;
  • l’ablation des amygdales ou amygdalectomie ;
  • la ponction de l’abcès à l’aide d’une aiguille.

Tous ces gestes chirurgicaux seront systématiquement accompagnés d’une antibiothérapie.

Que manger après une amygdalectomie ?

Il n'est pas facile d'avaler quelque chose après une ablation des amygdales. Selon le Pr Pierre Bisschop, chef du service ORL au CHU Brugmann (Bruxelles), il faut "avaler dès que possible car cela fait travailler les muscles pharyngés. Au début, c'est un peu douloureux, mais c'est un mal nécessaire: en déglutissant le plus rapidement et le plus souvent possible après l'opération, le patient s'en remettra d'autant plus vite."

  • Les aliments à éviter : "Il faut éviter tout ce qui peut blesser ou irriter davantage la gorge", conseille le Pr Bisschop. A éviter tout ce qui est acide, dur et croquant : chips, frites, épices, boissons gazeuses ou alcoolisées, chocolat, biscuits, banane ou encore jus de fruits.
  • Les aliments à privilégier : des aliments mous comme le riz, les pâtes, les soupes, les oeufs, etc.
  • Il est indispensable de boire de l'eau pour éviter la déshydratation. Une gorge sèche est encore plus douloureuse.

Prévention : comment éviter les phlegmons ?

La meilleure prévention du phlegmon amygdalien est d'éviter les angines ou pharyngites à répétition en les traitant efficacement.

Les mesures d’hygiène, comme le lavage des mains et la protection contre la transmission lors de la toux restent la meilleure prévention contre toutes les infections de la sphère ORL.

Phlégmon : faut-il arrêter de fumer ?

Mon conseil de médecin généraliste :

"Une bonne hygiène dentaire et la lutte contre le tabagisme sont également des mesures de prévention efficace contre le phlegmon amygdalien et de nombreuses infections de la sphère ORL et endobuccales (ndlr : à l'intérieur de la bouche)."

Sites d'informations et associations 

Société Française d'ORL et de Chirurgie de la Face et du Cou 

Ameli- Angine et traitements 

Sources

https://www.orlfrance.org/wp-content/uploads/2017/06/Referentiel_PHLEGMONS_PERIAMYGDALIENS2012.pdf

http://campus.cerimes.fr/orl/enseignement/angine/site/html/5.html

https://www.orlfrance.org/wp-content/uploads/2017/05/Pathologie-Oropharynx-PLEGMON-PERI-AMYGDALIEN.pdf