Amygdalite (inflammation des amygdales) : comment la soigner ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteVous avez des angines à répétition ? Cela peut entraîner une amygdalite chronique, qui elle-même peut déboucher sur une amygdalite cryptique ou caséeuse. Quels sont les symptômes d'une amygdalite ? Comment la soigner ? Le point sur cette inflammation des amygdales généralement fréquente chez les enfants.
Amygdalite (inflammation des amygdales) : comment la soigner ?Istock

Définition : qu'est-ce qu une amygdalite ?

Les amygdales ou tonsilles palatine sont des organes lymphatiques qui participent au bon fonctionnement de notre système immunitaire en piégeant les bactéries entrant dans notre corps. Néanmoins, il arrive qu’elles soient infectées par des virus ou des bactéries causant une amygdalite, un des symptômes de l’angine.

Cette inflammation des amygdales, engendrant une vive douleur, touche essentiellement les enfants, généralement âgés entre 3 et 10 ans. Les amygdales sont plus grosses que chez les adultes et leur système immunitaire moins développé.

Différents types d'amygdalite

  • Amygdalite aiguë 

Contrairement à l'angine, elle débute de façon soudaine et s'étend généralement sur deux semaines.

  • Amygdalite cryptique

Des angines qui ont été mal soignées dans le passée favorisent l'apparition d'une amygdalite cryptique. Les amygdales ont mal cicatrisé et présentent des petits trous et des cavités.

  • Amygdalite caséeuse

Les amygdales sont parfois remplis de caséum (amygdalite caséeuse), c’est-à-dire de morceaux d’aliments et de cellules de la gorge, entraînant une halitose (mauvaise haleine). Une situation qui a souvent un fort impact social sur la vie du patient et sur son quotidien.

Photo : anatomie de la bouche ; 1 - Langue ; 2 - Tonsilles palatines ; 3 - Uvule palatine (anciennement luette) ; 4 - Palais dur (ou « voûte palatine »)

Différents types d'amygdalite© Creative Commons

Crédit : Lamiot — Travail personnel © CC- Licence : https://creativecommons.org/licenses/by/3.0

Chiffres

L’amygdalite touche plutôt les enfants de moins de 10 ans car leurs amygdales sont plus étendues. Elles peuvent donc produire un nombre d'anticorps plus important.

Le nombre d’angines diagnostiquées chaque année en France s’élève à 9 millions, et plus de la moitié des cas concerne les enfants. Notons que ce chiffre comprend les pharyngites et les amygdalites

Selon le Docteur Abbas, médecin ORL, "les amygdalites cryptiques et caséeuses sont beaucoup moins importantes. Ce n’est pas la majeure partie de notre patientèle", précise-t-il.

Symptômes

Les symptômes de l’amygdalite chronique

L’amygdalite se caractérise par des angines répétitives ou persistantes affectant les amygdales.

  • On observe une inflammation et un gonflement de ces organes lymphatiques. Le patient ressent un mal de gorge plus ou moins intense, une asthénie et une sensation de corps étrangers dans la gorge.
  • La douleur peut être ressentie jusqu’aux oreilles.
  • La déglutition se fait plus difficile également. Bien souvent, les enfants en bas âge refusent de s’alimenter à cause de la douleur.
  • Les ganglions du cou peuvent rarement apparaître.
  • En cas d’infection, une fièvre peut également survenir.
  • Une fatigue est également observée.

Lorsque que ces symptômes surviennent plusieurs fois par an (de 5 à 7 fois voire plus), on parle d’amygdalite chronique.

Les symptômes de l'amygdalite cryptique

L’amygdalite cryptique entraîne la formation de "trous" ou plus précisément de cavités profondes au niveau des amygdales, appelés cryptes.

Le sujet ressent souvent gêne au fond de la gorge et des picotements.

Les symptômes de l’amygdalite caséeuse

Chez certaines personnes, l’amygdalite cryptique débouche sur une amygdalite caséeuse. Voici les principaux signes de cette inflammation des amygdales : 

  • Des sécrétions blanchâtres au niveau des amygdales. Il s’agit du caséum composé notamment de morceaux d’aliments.
  • Une toux sèche.
  • Des maux de tête.
  • Une fatigue. 
  • Une "gorge qui gratte".
  • Le symptôme le plus significatif de cette affection : la mauvaise haleine. "Le patient ressent un inconfort au niveau de la gorge, se plaint d’une forte halitose et a l’impression d’avoir des corps étrangers dans la gorge", souligne le Docteur Abbas.

 

Quelles sont les causes de l'amygdalite ?

L’amygdalite chronique

Une amygdalite est le plus souvent causée par un virus (comme le rhinovirus lié au rhume). Elle peut aussi être d’origine bactérienne, notamment causée par un streptocoque de type A. D’autres infections comme la mononucléose peuvent aussi être responsables. Mal soignée, une angine peut se répéter à plusieurs reprises et se transformer en amygdalite chronique.

Photo : angine sans doute due à un streptocoque bêta-hémolytique du groupe A

L’amygdalite chronique© Creative Commons

Crédit : James Heilman, MD — Travail personnel © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

L’amygdalite cryptique

Chez certains patients, une amygdalite chronique et des angines mal soignées peuvent entraîner une amygdalite cryptique.

L’amygdalite caséeuse

"L’amygdalite caséeuse est un sous-groupe de l’amygdalite cryptique", explique le Docteur Abbas. "Elle touche souvent des gens ayant fait des angines dans leur enfance qui n’ont plus d’angine virale ou bactérienne à répétition, mais dont les amygdales se sont mal cicatrisées", poursuit-il.

L’amygdalite caséeuse est due à une accumulation de caséum dans les amygdales, composée de tissus de la gorge et de débris alimentaires qui se coincent lorsque les gens s’alimentent. D’où l’odeur fétide se dégageant. "Le stress joue aussi un rôle", informe le médecin ORL. "Si on prend plusieurs individus ayant des amygdales cryptiques, tous n’ont pas de caséum", relève le spécialiste.

Facteurs de risques

L’amygdalite chronique

  • Des angines non ou mal traitées.
  • Le tabagisme actif et passif.
  • La consommation d’alcool.
  • La pollution.
  • Le contact main à main avec une personne enrhumée.
  • Lieux d’accueils collectifs (crèches, écoles...).

L’amygdalite cryptique

Les angines à répétition incorrectement traitées.

L’amygdalite caséeuse

Une amygdalite cryptique, et des angines répétitives dans l’enfance.

Personnes à risque

  • Les enfants.
  • Les personnes ayant eu de nombreuses angines dans l’enfance.
  • Les fumeurs ou personnes exposées au tabagisme passif.
  • Les personnes immunodéprimées.

Quelle est la durée d'une amygdalite ?

La chronicité des angines peut affecter le patient plusieurs semaines par an.

  • Une amygdalite virale disparaît en quelques jours alors qu’une amygdalite bactérienne se soignera en une semaine avec des antibiotiques si le test avec la languette est positif.
  • Quant aux amygdalites cryptiques et caséeuses, elles sont permanentes.

Contagion

L’amygdalite chronique, faisant partie des symptômes de l’angine, est très contagieuse. La contamination peut se faire par contact de main à main ou par le biais d’objets souillés.

Le risque de contagiosité pour l’amygdalite cryptique et caséeuse est inexistant.

Qui, quand consulter ?

Il est important de consulter rapidement en cas d’amygdalite afin d’éviter toute chronicité, d’autant plus que l’angine bactérienne nécessite un traitement antibiotique. 

Concernant l’amygdalite cryptique et caséeuse, "les gens consultent pour une halitose, lorsque la gêne est difficilement surmontable au quotidien", indique notre expert. Toutefois, il n’y pas d’indication, "on peut vivre avec. C’est surtout l’impact social qui pousse à consulter".

Complications

La répétition des infections bactériennes au niveau des amygdales peut favoriser:

  • L’apparition d’abcès ou de phlegmon dans la gorge.
  • Une gêne respiratoire et alimentaire prolongée peut aussi toucher certains patients.

Parfois, une amygdalectomie est indiquée en cas d’angines à répétition (>5 angines/an, 2 années consécutives). "Chez l’enfant, quelques études montrent que le fait d’enlever le tissu lymphoïde, augmenterait le risque de faire davantage de pharyngites virales", soulève le médecin ORL. Par ailleurs, dans 6 % des cas, cette opération peut entraîner une hémorragie post-opérative et dans moins de 2 % des cas, il est nécessaire de ré-opérer à nouveau en urgence.

L’amygdalite chronique peut conduire à une amygdalite caséeuse. S’il s’agit d’une affection qui bénigne, elle peut avoir des conséquences sur la vie sociale. Dans quelques rares cas, le traitement au laser peut être indiqué sous anesthésie locale au cabinet. "les risques sont rares: saignements, infection, douleur", souligne le Docteur Abbas. "Toutefois, le principal risque est l’échec du laser dans 30% des cas malgré 2 séances. Résultat : soit on fait du laser, soit on retire les amygdales, soit le patient accepte de vivre avec les inconvénients engendrés par la pathologie".

Néanmoins, ces deux affections peuvent aussi entraîner la formation de kystes amygdaliens.

Examens et analyses

Dans tous les cas, le médecin réalise un interrogatoire médical au patient.

En cas d’amygdalite aiguë, le médecin procède à un test de détection rapide, en posant une languette sur l’amygdale, permettant de savoir si celle-ci est d’origine bactérienne ou virale.

Le diagnostic de l’amygdalite cryptique se fait lors d’un examen clinique. Le médecin ORL observe des cryptes aux niveaux des amygdales.

De même pour l’amygdalite caséeuse, à la seule différence qu’il relèvera du caséum, parfois en pressant légèrement les amygdales.

Traitement : comment soigner les amygdalites ?

  • En cas d’amygdalite aiguë d’origine bactérienne, le médecin prescrit des antibiotiques. Si les infections sont récurrentes, il peut proposer une ablation bilatérale des amygdales. Elle n'est cependant désormais utilisée qu'en dernier recours.
  • Les amygdalites aiguës d’origine virale disparaissent d’elles-mêmes. On peut administrer du paracétamol pour soulager les symptômes. Le traitement consiste à lutter contre les symptômes en faisant en sorte de se reposer et de boire en grosses quantités.
  • Pour les amygdalites chroniques cryptiques et caséeuses, il n’y a pas de traitement médicamenteux
  • Il arrive également qu’on envisage de retirer les amygdales (amygdalectomie), notamment chez les enfants qui présentent des amygdalites chroniques. Toutefois, cette intervention doit rester réservée aux cas récidivants et n’être pratiquée qu’en dernier recours. "Auparavant, on enlevait les amygdales lorsque les gens étaient très gênés. Bien évidemment, le taux d’efficacité est de 100 %". Mais aujourd’hui, si l’opération reste une indication lorsqu’il y a un retentissement social, on privilégie le laser ou la radiofréquence. L’intervention s’effectue en consultation, sous anesthésie locale. On va brûler le pourtour et l’intérieur des cryptes. En cicatrisant, les cryptes vont se fermer". Deux séances de 15 min suffisent pour remédier à la situation. "La douleur peut être comparable à une angine. On donnera alors des antalgiques mais pas d’antibiotique". Le revêtement cicatriciel suffit le plus souvent à régler le problème.

Les conseil du Docteur Ali Abbas, médecin ORL sur le traitement des amygdalites 

"Certaines personnes souffrant d’amygdalite caséeuse passent leur journée à aller retirer le caséum avec les doigts ou des coton-tiges, mâcher du chewing-gum, à se faire des bains de bouche, mais cela ne sert à rien ! En cas d’halitose vraiment gênante, mieux vaut consulter son médecin et son dentiste. Il pourra ainsi vérifier si un jetage postérieur (le nez qui coule en arrière) ou un reflux gastrique n’est pas en cause. Dans le premier cas, un traitement avec un spray nasal suffit à faire disparaître les symptômes."

Prévention

  • Éviter le contact rapproché avec les personnes enrhumées.
  • Bien suivre le traitement en cas d’angine bactérienne.

Sites d’informations et associations

ORL France

Source(s):

Tonsillitis Overview. PubMed Health. NCBI, 27/03/2013, Mise à jour 17/01/2019 [Consulté le 04/11/2019]

AboutKidsHealth, Mal de gorge et amygdalite, Canada, 14/08/2014 [Consulté le 04/11/2019]

Burton MJ, Glasziou PP, Chong LY, Venekamp RP, Cochrane, L'ablation chirurgicale des amygdales (amygdalectomie) dans l'amygdalite aiguë chronique ou récidivante, 19/11/2014 [Consulté le 04/11/2019]

Tonsillitis, Mayo Clinic, 13/12/2018 [Consulté le 04/11/2019]