Stéatose hépatique : votre foie est-il trop gras ?
Publié le 29 Octobre 2018 par Bénédicte Demmer, journaliste santé

Une sensation de fatigue intense et une pesanteur

© Adobe StockAfin d'éviter les formes d'aggravation les plus sévères de la pathologie, il est nécessaire de dépister la stéatose hépatique le plus tôt possible. Le problème avec cette pathologie, c'est que version bénigne, comme évolutive, elle est dans la plupart des cas : asymptomatique.

"On peut quand même noter une forme de fatigue intense", explique le Pr Patrick Marcellin, hépatologue. Le foie étant responsable, entre autre, de la circulation du sang et de la répartition de l'énergie dans le corps, s'il est engorgé, sa fonction est altérée, d'où l'impression de fatigue. Additionné à cet épuisement général, on peut également ressentir "une sensation de pesanteur du côté gauche en haut à droite de l'abdomen". Encore, une fois cette gêne est causée par l'altération de la fonction du foie due à l'engorgement. Il n'assure plus son rôle de filtre pour l'organisme et se laisse envahir par les toxines et il gonfle, d'où cette sensation de pression.

Publicité
Publicité

Diagnostic : regarder les Gamma GT lors d'une prise de sang

La stéatose hépatique étant généralement sans symptôme d'alerte, elle est diagnostiquée le plus souvent lors d'un bilan sanguin. "Si on multiplie les facteurs de risque (hypercholestérolémie, diabète, surcharge pondérable...), il ne faut pas hésiter à demander soi-même à son médecin un bilan hépatique", alerte le spécialiste.

Si les résultats révèlent une perturbation, "même une simple augmentation discrète des gamma GT et des transaminases, cela veut dire que le foie souffre", ajoute notre interlocuteur. Il faut donc éliminer toutes les causes possibles, une par une afin d'identifier pourquoi. Les médecins n'étant pas suffisamment formés, ni incités à dépister la NASH il faut demander des examens plus poussés, selon le spécialiste.

Dans le cas d'une stéatose, pas de panique. Le niveau de perturbation n'est pas proportionnel à la gravité de la maladie. L'étape suivante consiste à pratiquer une échographie pour observer le foie. S'il est trop gras, il apparaîtra très brillant pendant l'examen. "Le problème c'est que cette échographie ne permet pas de distinguer s'il s'agit d'un foie gras bénin ou d'une version évolutive, car dans le premier cas la fonction hépatique se poursuit, dans l'autre non ce qui représente un danger", ajoute le Dr Patrick Marcellin. Pour savoir s'il s'agit d'une version sévère ou non, on pratique un examen appelé fibroscan qui permet de calculer la quantité de graisse dans le foie et d'établir s'il y a une fibrose ou pas. "Si c'est le cas, c'est sûrement qu'il s'agît du NASH évolutive", commente le spécialiste. Au moindre doute, le médecin fera effectuer une biopsie au patient afin d'établir le stade de la maladie.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X