Le diagnostic du diabète insipide

Le diabète insipide est lié au dysfonctionnement de l'hormone antidiurétique (ADH), soit par insuffisance de sécrétion par la glande qui la produit (hypothalamus) soit par anomalie de son action sur les tubules rénaux.

Publicité
Publicité

5415505-inline-500x332.jpg© Istock

Quels sont les symptômes du diabète insipide ?

Les symptômes du diabète insipide apparaissent de façon assez rapide. On observe, en tout premier lieu, une augmentation très importante du volume des urines, appelée polyurie. Le patient atteint de diabète insipide peut uriner jusqu'à plus de 10 litres par jour. Les urines sont limpides et très claires. Ce signe est accompagné d'une polydipsie qui correspond à une sensation de soif insatiable, impérieuse et permanente, le jour comme la nuit. L'état du patient est, en général, conservé tant qu'il arrive à équilibrer ses apports hydriques et son élimination urinaire.

Publicité

Comment faire le diagnostic du diabète insipide ?

Publicité

L'examen du patient est, la plupart du temps, peu contributif et les examens biologiques standards sont souvent normaux. On pratique donc, en milieu hospitalier, un test de restriction hydrique. Le patient urine sans boire et le test s'arrête lorsque les premiers signes de déshydratation apparaissent. Pour affirmer l'insuffisance de production de l'hormone antidiurétique, on fait un dosage sanguin de cette hormone ou encore un test à la vasopressine. L'ADH étant sécrétée par l'hypothalamus, glande située dans le crâne, il est important de faire une IRM cérébrale pour trouver la cause du diabète insipide.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés