Il attend trop longtemps les secours et meurt d’une crise cardiaque

En décembre 2017, alors qu'il attendait les secours pendant plus d'une heure, un homme est mort à son domicile d'une crise cardiaque, selon les informations d'Egora.

Publicité

© Adobe StockQuand les secours arrivent trop tard. Un homme de 71 ans est décédé en décembre 2017 des suites d'une crise cardiaque après avoir attendu pendant une heure et demie l'arrivée des secours à son domicile, dans un village reclus en Provence-Alpes-Côte d'Azur selon Egora.

"Les pompiers du coin n'ont qu'une ambulance"

Le drame s'est produit dans la nuit du 30 au 31 décembre 2017, dans le village de Montmeyan dans le Var. Christian Saglietto, 71 ans, fait soudainement un malaise à son domicile, en présence de sa femme et de son fils. L'épouse a le réflexe de contacter immédiatement le SAMU, pendant que le fils entame un massage cardiaque en attendant l'arrivée des secours, qui tarderont.

Publicité
Publicité

En effet, Martine Saglietto raconte a Egora que le SAMU qu'elle a eu au téléphone aurait contacté celui de Draguigan, ces derniers auraient ensuite joint les pompiers d'Aups, déjà en intervention, pour finalement envoyer les pompiers de Barjols s'occuper du cas de Christian Saglietto. La femme explique à Egora que les pompiers sont finalement arrivés à son domicile au bout d'1h30, trouvant l'homme décédé suite à une crise cardiaque. Martine Saglietto raconte douloureusement : "Je ne sais pas si les secours auraient pu sauver mon mari, mais à cause de ce délai d'attente, il n'a même pas eu de chances de s'en sortir" rapporte Egora. La veuve ajoute que "Les pompiers du coin n'ont qu'une ambulance. C'est déjà arrivé plusieurs fois à Montmeyan".

"Nous avons plus de chances de mourir ici qu'ailleurs"

Pour expliquer comment les secours ont pu mettre 1h30 pour intervenir, le Dr Laurent Bécé, responsable du SAMU du Var, explique à Egora que : "le temps de l'appel, le temps de saisir l'adresse, ce sont quelques minutes, ensuite il y a 48 minutes de route théorique entre l'hôpital de Draguignan et la commune de Montmeyan" précise-t-il. Il ajoute que "Montmeyan est au bout du monde en termes de moyens de secours et de moyens de santé". Martine Saglietto partage amèrement cet avis, elle déclare : "Si mon malheur est arrivé, c'est avant tout par manque de moyens. J'ai écrit un peu partout pour que les villages excentrés soient mieux desservis par les pompiers et le SAMU" avant d'ajouter : "C'est un très beau village, mais nous avons plus de chances de mourir ici qu'ailleurs". La veuve a envoyé un courrier au Président de la République et a lancé une pétition écrite pour une meilleure desserte des petites communes par les ambulances.

 
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X