Verrue plantaire : faut-il la gratter ?

Publicité

Si la plupart des verrues disparaissent dans les deux ans suivant leur apparition, il arrive qu'elles provoquent des douleurs ou des gênes à la marche. L'excroissance de peau qui se forme sur la plante ou sur les doigts de pied donne envie de limer, râper, entailler, gratter la verrue ! Faut-il céder à la tentation du grattage, ou cela présente-t-il un risque ?

Publicité

© photographee

Verrue plantaire : unique ou mosaïque ?

Une verrue plantaire peut se présenter de plusieurs façons. Une zone épaissie composée de plusieurs petites lésions correspond à une verrue mosaïque. Celle-ci est inesthétique mais non douleureuse. Au contraire, une myrmécie est une verrue unique. Cette dernière, plus profonde, peut provoquer des douleurs lors de la marche ou de l'appui : il est alors intéressant de la traiter. Gratter la verrue peut soulager la gêne ou la douleur. Mais le grattage ne s'effectue pas dans n'importe quelles conditions.

Publicité
Pour bien gratter la verrue plantaire

La condition sine qua non au grattage est de ramollir préalablement la verrue. Lorsqu'elle est dure, une verrue grattée peut saigner et s'infecter. Pour ramollir la verrue, des produits kératolytiques efficaces sont disponibles en pharmacie. Ils contiennent souvent de l'acide salicylique, et sont à appliquer quotidiennement sur la lésion sans déborder sur la peau saine. On peut aussi appliquer un sparadrap occlusif qui étouffera la verrue et ramollira la peau. Tous les deux ou trois jours, il est alors possible de gratter doucement la verrue à l'aide d'une lime ou d'une pierre ponce.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité