Pertes blanches abondantes : 3 causes possibles

Les pertes blanches sont des sécrétions vaginales et utérines normales et indispensables pour la bonne santé du vagin. Selon les cas, une perte blanche abondante peut être normale. Mais elle peut être aussi le symptôme d’une mycose.

Publicité
Publicité

5249902-inline-500x331.jpg© Istock

Pertes blanches : des sécrétions naturelles et utiles

Une perte blanche ou leucorrhée est un liquide filaire translucide ou blanchâtre qui s’écoule du vagin. Les leucorrhées proviennent des sécrétions naturelles du vagin et de l’utérus. Elles apparaissent dès l’âge de la puberté et sont tout à fait normales. Elles sont inodores, et leur flux varie tout au long du cycle. Elles sont utiles, car elles permettent de lubrifier le vagin, facilitant à la fois l’acte sexuel et la circulation des spermatozoïdes. Elles ont également pour rôle d’évacuer les cellules mortes et les germes pouvant devenir pathogènes.

Publicité

Perte blanche abondante normale

Il est normal que les pertes blanches soient plus abondantes que d’ordinaire dans certains cas.

Avant les premières règles : au moment de la puberté, les ovaires produisent une grande quantité d’hormones sexuelles. Les pertes blanches abondantes apparaissent chez les jeunes filles dix à douze mois avant les premières menstruations. Elles sont tout à fait normales. Au cours de la grossesse : c’est une période durant laquelle la femme subit de grandes variations hormonales. Le renouvellement des cellules du vagin étant plus rapide qu’en dehors de la grossesse, les leucorrhées sont par conséquent plus abondantes.

Pertes blanches abondantes : quand s’inquiéter ?

Publicité

Lorsque les pertes vaginales se modifient soudainement, cela peut être la manifestation d’une pathologie. Il ne faut pas attendre pour consulter son gynécologue en présence de pertes blanches plus abondantes que d’ordinaire, plus ou moins collantes ou gluantes, nauséabondes, verdâtre, jaune ou marron, voire si elles sont teintées de sang. Elles sont parfois accompagnées de démangeaisons au niveau de la vulve. D’autres manifestations doivent alerter comme des rapports sexuels douloureux, des douleurs dans le bas-ventre ou encore des brûlures à la miction. Toutes ces manifestations peuvent faire suspecter une mycose vaginale.

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité