Polyarthrite rhumatoïde : comment se passe le diagnostic ?

Publicité

La polyarthrite rhumatoïde est l’arthrite (inflammation des articulations) la plus fréquente de toutes. Elle touche environ 300 000 personnes (surtout des femmes ayant entre 25 et 50 ans) rien qu’en France. Mais quels en sont les symptômes spécifiques ? Quelles en sont les causes ? Enfin, en cas de polyarthrite rhumatoïde, le diagnostic est-il simple à poser ?

Publicité

© Istock

Polyarthrite rhumatoïde : symptômes

La polyarthrite rhumatoïde (PR) se traduit par des douleurs articulaires caractéristiques puisqu’elles sont bilatérales (elles concernent les mêmes articulations des deux côtés du corps, à gauche et à droite), qu’elles se manifestent la nuit et qu’elles nécessitent un dérouillage matinal d’au moins 30 minutes. Par ailleurs, la PR touche essentiellement les articulations des mains et des pieds (mais aussi les épaules, le bassin ou le poignet et les genoux chez les personnes âgées). Autre aspect significatif, dans les trois quarts des cas, les symptômes ne concernent que les articulations (aucun symptôme annexe).

Publicité
Polyarthrite rhumatoïde : causes

On ne connaît pas de véritables causes à la PR. En revanche, on a identifié plusieurs facteurs de risque. Les plus fréquents sont les infections (bactériennes ou virales), le stress, les troubles hormonaux, l’alimentation et le surpoids et la consommation de tabac.

Polyarthrite rhumatoïde : diagnostic

Il est essentiel de diagnostiquer une polyarthrite rhumatoïde précocement, car plus le traitement intervient rapidement, plus il se révèle efficace. Les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde étant assez spécifiques, ils permettent de l’identifier assez rapidement. Néanmoins, on confirme le diagnostic à l’aide d’analyses sanguines, de radiographies et parfois d’une IRM et d’une échographie.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité