Maux de l'hiver : quelles solutions homéopathiques ?

Les maux de l’hiver sont bien souvent bénins mais très pénibles à vivre. Il est toutefois possible de combattre les rhumes par l'homéopathie ou encore de faire face à la toux et autres rhinopharyngites. De même, en cas de grippe, l’homéopathie peut être d’un grand secours, d’autant qu’elle peut aussi être prise de façon préventive.

Publicité
Publicité

6438486-inline-500x333.jpg© Istock

Le traitement de la grippe en homéopathie

Une des pathologies de l’hiver parmi les plus handicapantes est la grippe. Avant même d’attendre une épidémie, il est possible de s’en prémunir en alternant, dès le début de l’automne et jusqu’à la fin de l’hiver, une dose d’Influenzinum et de sérum de Yersin une semaine sur deux. En revanche, si vous présentez tous les symptômes d’une grippe, prenez sans attendre trois doses d’un complexe antigrippal les deux premiers jours (à répartir sur la journée) ou des gouttes homéopathiques adaptées (30 gouttes trois fois par jour).

Publicité

Médecines douces : Solutions contre le rhume en homéopathie

Les autres maux de l’hiver courants sont les rhinopharyngites à traiter avec Sticta pulmonaria en 5 CH en cas de nez bouché évoquant une sinusite, Allium cepa en 9 CH en cas de nez qui coule ou Nux vomica en 9 CH s’il est en plus bouché au cours de la nuit (5 granules trois fois par jour). En cas de toux, on peut prendre un sirop homéopathique qu’il est possible d’associer à Ipeca en cas de toux grasse ou à Drosera en cas de quintes de toux sèche. De façon générale, les maux de gorge qui se traduisent par une inflammation seront soulagés par Belladonna et Mercurius solubilis en 9 CH, une fois encore à raison de 5 granules trois fois par jour. En cas de gastro-entérites, on privilégiera Nux vomica en 5 CH, Arsenicum album en 15 CH ou China rubra en 9 CH selon les symptômes.

Publicité

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité