Scanner cérébral

Publicité

Scanner cérébral : Intérêt

Le scanner ou tomodensitométrie (TDM) est basé sur le même principe que l’examen radiologique, mais l’image au lieu d’être fixée sur une plaque est reconstruite selon des plans choisis par informatique. Cette technique a le mérite d’administrer une dose moindre de rayons x et d’obtenir des images que la radiographie simple ne permettait pas de réaliser. Pour préciser certaines images ou rechercher des anomalies vasculaires, une injection de produit de contraste pourra être réalisée.

Publicité
Scanner cérébral : Déroulement

Le patient doit être à jeun en cas d’injection de produit de contraste. Lors de l’examen, le patient est couché sur un lit qui avance au milieu du tunnel du scanner. Les patients claustrophobes devront être prévenus de ce passage au milieu du tunnel et du temps nécessaire à l'examen. Le patient doit être immobile, mais les temps de pause actuels sont de plus en plus rapides. La totalité de l’examen dure en moyenne de 10 à 20 minutes.

Quelques précautions sont à prendre si un produit de contraste est injecté : Le patient doit être interrogé sur des antécédents d’allergie à l’iode, d’insuffisance rénale, de traitement pour le diabète.

Scanner cérébral : Résultats

Le scanner est un examen capital dans de nombreuses anomalies du système nerveux : - anomalies de la voûte crânienne (traumatique, congénitale, tumorale, infectieuse) et des espaces méningés (hématomes) - anomalies des cavités (sinus de la face, mastoïdes) - anomalies du parenchyme cérébral : 1. Zones d’hypodensités : ischémiques, tumorales, abcès. Dans ce cas, l’injection de produit de contraste est capitale pour préciser la nature de l’anomalie. 2. Zones d’hyperdensité en particulier hémorragiques (contusion cérébrale traumatique, hémorragie cérébrale, tumeur ayant saigné) - anomalies des cavités cérébrales les ventricules qui peuvent être dilatés (hydrocéphalie), ou au contraire être comprimés et déviés par un processus intra parenchymateux (masse anormale dans le parenchyme) - anomalies de la vascularisation artérielle (anévrisme, angiomes) ou veineuse (thrombophlébite cérébrale).

Cet examen peut être normal très précocement en particulier au cours d’hémiplégie. Il faut parfois refaire cet examen 48 heures plus tard, pour mettre en évidence des anomalies radiologiques qui n’existaient pas encore sur l’examen initial.

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité