DMLA humide : la plus grave

Publicité

La forme humide de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est également appelée forme exsudative. Avec la forme atrophique dite DMLA sèche, la forme humide est l'un des deux types de la maladie et constitue une affection grave.

Publicité

© Fotolia

Est-ce que la DMLA humide est la forme la plus grave ?

La DMLA exsudative est parfois une conséquence de la forme atrophique. Elle diffère de la forme sèche par son évolution. Elle touche un seul ou les deux yeux. Dans cette forme de DMLA, des vaisseaux sanguins, appelés néo-vaisseaux, se forment au centre de la rétine et provoquent des œdèmes et une hémorragie. Il va en résulter des troubles de la vision comme la métamorphopsie (déformation des images), des déformations des courbes, une intolérance à la lumière, une modification dans la perception des couleurs, des scotomes (taches sombres qui apparaissent au centre du champ de vision), une baisse de l'acuité visuelle. À l'examen du fond d’œil, des drusen (petits dépôts) apparaissent sous la rétine. Même si elle est traitée, la DMLA humide évolue vers la perte de la vue dans le centre du champ visuel et, dans certains cas, vers la cécité totale.

Publicité
Les traitements

Il existe des traitements pour ralentir l’évolution de DMLA humide et en limiter les répercussions sur la vision des patients. Ils ont pour but d’éliminer ou de limiter la formation de nouveaux vaisseaux au centre de la rétine. Parmi ces traitements, les plus fréquemment proposés et qui ont prouvé leur efficacité sont : la photocoagulation au rayon laser, la thérapie photodynamique, la thérapie anti-angiogénique (injection dans l’œil d’un médicament qui inhibe le facteur de croissance VEGF).

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité