Dictionnaire des maladies
Publicité

Infection broncho-pulmonaire

Réagissez !
Publicité

Infection broncho-pulmonaire : Définition

Par infection broncho-pulmonaire, on entend toute pathologie infectieuse due à des bactéries ou des virus touchant les bronches (bronchite infectieuse) ou le poumon (pneumopathie infectieuse).

 

Infection broncho-pulmonaire : Causes

De nombreux germes peuvent entraîner une infection des bronches et du poumon. En cas de bronchite aiguë, l’origine est généralement virale. Les bactéries qui peuvent causer des pneumonies sont en grand nombre mais l’origine bactérienne est faite par l’isolement du germe et/ou la mise en évidence d’une élévation des anticorps contre ce germe. Dans la majorité des cas, l’origine bactérienne d’une pneumonie permet d’administrer un traitement antibiotique efficacité avec diminution rapide de la fièvre. Parmi les germes particuliers responsables d’infection broncho-pulmonaire.

 

Infection broncho-pulmonaire : Symptomes

En général virale, elle se manifeste par augmentation des sécrétions du nez et de la gorge, une toux sèche, une impression de brûlure au niveau de la trachée, d’une fièvre modérée, de douleurs diffuses évoquant un syndrome grippal. Par la suite, une augmentation des crachats d’aspect purulent, une douleur dans la poitrine, d'une fièvre supérieure à 38°C, une grande fatigue. La mise en évidence, par l’auscultation ou par radiographie d’infection. Des épisodes plus graves peuvent survenir avec diminution de l’oxygène dans le sang et septicémie. Elle est particulièrement grave chez les alcooliques, dénutris, diabétiques, patients âgés, patients immunodéprimés ou donc la fonction respiratoire est déjà altérée (bronchitique chronique, asthmatique...).

 

Infection broncho-pulmonaire : Prévention

En général, l’évolution d’une pneumonie bactérienne est favorable sous traitement antibiotique approprié en 1 à 2 semaines. La disparition de la fièvre est obtenue en général rapidement en 2 à 3 jours. L’amélioration de la toux et des expectorations est souvent plus lente. L’amélioration de la radiographie thoracique est plus lente, la normalisation se faisant en 1 mois environ. En dehors de ces évolutions favorables, des complications sont cependant possibles en fonction du germe ou de l’état général du patient : apparition d’une septicémie avec infection disséminée à l’organisme, décompensation de certaines maladies préexistantes telles un diabète ou une insuffisance respiratoire.

 

Infection broncho-pulmonaire : Examens

Un interrogatoire et un examen clinique soigneux permettent très souvent de suspecter le diagnostic. Une prise de sang permet de préciser l’existence d’une infection : augmentation des globules blancs, augmentation de la CRP. Parfois, les prélèvements sanguins permettent la mise en évidence de germes circulants dans le sang (hémocultures positives) ou présence d’antigènes dans les urines. La radiographie thoracique peut retrouver des signes indirects d’infection. La mesure de l’oxygène dans le sang est également utile chez les patients ayant une mauvaise fonction respiratoire. Pour certains germes, le diagnostic repose sur la mise en évidence d’un taux d’anticorps.

 

Infection broncho-pulmonaire : Traitements

Il ne faut jamais perdre du temps pour débuter le traitement antibiotique. Il faut donc toujours consulter son médecin en cas de fièvre associée à de la toux, des crachats, ou un  essoufflement. En cas de sensation d’étouffement ou de faiblesse majeure, il faut faire appel au SAMU qui organisera un transfert vers une structure hospitalière adaptée. L’arrêt du tabac est un élément fondamental pour hâter la guérison. Si vous souffrez d’insuffisance respiratoire chronique ou d’asthme, une antibiothérapie est pratiquement obligatoire en cas d’augmentation de la toux ou d’apparition de crachats purulents. Prenez votre traitement antibiotique durant toute la durée préconisée par votre médecin traitant, même si votre état de santé s’améliore rapidement, afin d’éviter la résistance de certains germes. En cas de début de symptômes, consultez votre médecin mais ne reprenez pas un traitement antérieur sans son avis, cela pourrait entraîner des difficulté a trouver un antibiotique efficace ultérieurement.

 

Infection broncho-pulmonaire : Evolution

En général, l’évolution d’une pneumonie bactérienne est favorable sous traitement antibiotique approprié en 1 à 2 semaines. La disparition de la fièvre est obtenue en général rapidement en 2 à 3 jours. L’amélioration de la toux et des expectorations est souvent plus lente. L’amélioration de la radiographie thoracique est plus lente, la normalisation se faisant en 1 mois environ. En dehors de ces évolutions favorables, des complications sont cependant possibles en fonction du germe ou de l’état général du patient : apparition d’une septicémie avec infection disséminée à l’organisme, décompensation de certaines maladies préexistantes telles un diabète ou une insuffisance respiratoire.

 

Toutes les fiches maladies

Je souscris à la newsletter medisite À la Une

Voir un exemple
Publicité

Ailleurs sur le web

Publiez votre commentaire

Publicité