Cancer du rein

Cancer du rein : Définition

Le cancer du rein se développe à partir des cellules rénales. Les reins sont situés de chaque côté de la colonne vertébrale, sous les dernières côtes. Leur principale fonction est de filtrer le sang, en éliminant par les urines l'excès d'eau et de sel, et un certain nombre de substances comme des médicaments ou de la nicotine.

Publicité
Le cancer du rein représente environ 3% des cas de cancer chez l'adulte en France (3ème cancer urologique après celui de la prostate et de la vessie), soit 8000 à 9000 nouvelles personnes touchées par an, et 3500 décès annuels. L'âge moyen de survenue de ce cancer est de 62 ans. Il toucherait deux fois plus les hommes que les femmes.

Cancer du rein : Causes

Les causes du cancer du rein demeurent inconnues, mais certains facteurs de risque ont été détectés:

- le tabagisme est le principal facteur. Un gros fumeur aurait un risque multiplié par 2 à 2,5.

-l'obésité et l'hypertension artérielle (ainsi que la prise d'anti-hypertenseurs).

-l’insuffisance rénale chronique

-l’hérédité. Il existe des formes héréditaires rares liées à des mutations génétiques comme la maladie de Von Hippel-Lindau (maladie qui développe des lésions tumorales notamment aux reins).

-la manipulation de produits toxiques comme des dérivés du pétrole, des métaux lourds et de l'amiante.

Cancer du rein : Symptomes

Le cancer du rein est une maladie silencieuse découverte dans 60% des cas à l'occasion d'une échographie ou d'un scanner abdominal (réalisés par exemple pour des troubles digestifs). Sinon, le sang dans les urines est le principal signe d'alerte. On peut retrouver également une altération de l'état général avec une légère fièvre, une perte d'appétit et de poids, des douleurs lombaires, une masse lombaire, une hypertension artérielle, une varicocèle (dilatation des veines du cordon spermatique situées dans les bourses).

Cancer du rein : Prévention

Les causes n'étant pas connues, il est difficile de prévenir le cancer du rein. L'arrêt du tabac est néanmoins un moyen de diminuer le risque. Il est suggéré également d'avoir une alimentation saine et équilibrée avec beaucoup de légumes et de fruits, de pratiquer une activité physique quotidienne et de se protéger des risques professionnels (vapeurs de produits pétroliers, amiante...).

Il est conseillé de se soumettre à des examens réguliers en cas d'hypertension artérielle et en cas de dialyse.

Cancer du rein : Examens

Le médecin examinera la région de l'estomac et les cotés de l'abdomen afin de déceler la présence d'une masse anormale. Le diagnostic du cancer du rein repose ensuite sur l'échographie rénale et le scanner abdominal. L'IRM peut être également prescrite, ainsi qu'un scanner thoracique, cérébral, une biopsie rénale voire une scintigraphie osseuse en fonction des doutes sur l'étendue de la tumeur.

On recherche aussi des métastases en particulier au niveau des poumons et des os, les organes les plus touchés après les reins. Une prise de sang permet de déceler une insuffisance rénale par dosage de la créatinine sanguine, et une polyglobulie (augmentation du nombre de globules rouges), signe évocateur de cancer du rein.

Trois stades de la maladie sont distingués : un stade localisé au rein, un stade plus avancé avec une extension des cellules cancéreuses aux ganglions ou aux organes voisins (foie, rate, intestin), et un stade métastasé avec propagation des cellules cancéreuses à distance.

Cancer du rein : Traitements

Le traitement est avant tout chirurgical, avec l'ablation du rein (néphrectomie), et éventuellement de la glande surrénale adhérente à la partie supérieure du rein. Parfois, quand la tumeur est bien localisée, une néphrectomie partielle peut être suffisante. L'intervention peut se dérouler par voie ouverte ou voie coelioscopique. Une chimiothérapie peut être entreprise quand il existe des métastases ou un risque métastasique important.

L'immunothérapie (stimulation du système immunitaire par des médicaments) peut également être une option thérapeutique après la chirurgie.

Des médicaments anti-angiogéniques peuvent aussi être prescrits. Ces médicaments détruisent spécifiquement les néovaisseaux créés à l’occasion de l’expansion de la tumeur et ainsi l’asphyxient. L'objectif est de réduire son volume, avant une opération chirurgicale.

A noter: l'arsenal thérapeutique pour le cancer du rein est en pleine évolution, et la survie a bien augmenté.

Cancer du rein : Evolution

Le pronostic de la maladie dépend du stade de découverte de la tumeur, et de la présence de métastases ou pas. Si elle n'est pas trop développée, le pronostic est bon et le taux de guérison varie entre 65 et 95% des cas avec la chirurgie seule. En cas de métastases, les guérisons sont moins fréquentes, mais les traitements actuels permettent des survies de plus en plus prolongées.

Les récidives sont possibles, même tardivement. Un suivi régulier sur plusieurs années est nécessaire.

Cancer du rein : Sources

Artur-rein (association pour la recherche sur les tumeurs du rein)

Ligue contre le cancer

Mode de vie anticancer

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité