Cancer du larynx

Cancer du larynx : Définition

Le larynx est la partie du corps qui permet de produire les sons et la parole. Il renferme les cordes vocales (glotte) qui vibrent au passage de l'air. Le cancer du larynx peut se produire au niveau de la glotte (principalement), au-dessus des cordes vocales (le plus dangereux car il s'étend rapidement aux ganglions lymphatiques avoisinants, ce qui favorise la prolifération) ou encore à l’endroit où le larynx rencontre la trachée.

Publicité
Ce cancer, favorisé par l'alcool et le tabac, est plus fréquent chez les hommes après 50 ans, même si on constate une nette hausse de la maladie chez les femmes et les personnes jeunes.

Il touche près de 5000 personnes chaque année en France et entraîne 2500 décès. Il représente près d'un tiers des cancers oto-rhino-laryngologiques.

Cancer du larynx : Causes

Le tabac et l'alcool sont les deux principaux facteurs de risque de survenue de ce cancer. Le risque est encore plus élevé si ces deux facteurs sont combinés (90% des cancers du larynx).

Les substances toxiques contenues dans la cigarette altèrent directement la muqueuse du larynx. Le risque augmente avec le nombre de cigarettes fumées.

D'autres facteurs peuvent accroître le risque: l'âge, surtout entre 50 et 75 ans, l'exposition à des vapeurs de substances chimiques, de sciure de bois, d'amiante, un régime alimentaire faible en fruits et légumes.

Cancer du larynx : Symptomes

Les signes varient selon la localisation de la tumeur. Le symptôme majeur du cancer du larynx est une modification progressive et persistante de la voix (dysphonie). Vient ensuite une gêne pour avaler et pour respirer. On constate également un enrouement qui dure, un mal de gorge, une sensation d'avoir quelque chose de 'coincé' dans la gorge, une déglutition difficile ou douloureuse, une toux persistante, des maux d'oreilles.

Toute modification persistante de la voix doit conduire à consulter son médecin.

Cancer du larynx : Prévention

Cesser de fumer et consommer moins d'alcool sont les meilleures préventions. Une personne qui fume et boit aurait 40 fois plus de risques d'avoir un cancer du larynx. Et moins de 5% des patients à qui on a diagnostiqué un cancer du larynx n'ont jamais fumé de leur vie.

Il est conseillé également d'adopter un régime alimentaire sain, de maintenir un poids santé, de faire de l'activité physique et de se protéger vis-à-vis de substances toxiques (port de masque…).

Cancer du larynx : Examens

Le diagnostic d’un cancer du larynx commence par un interrogatoire du patient visant à connaître ses antécédents médicaux et sa consommation de tabac et d'alcool. Après un examen physique, il peut être envoyé chez un spécialiste ORL. Celui-ci peut prescrire une laryngoscopie directe (un examen sous anesthésie locale utilisant une fibre introduite par la narine ou la bouche pour visualiser et vérifier la présence de tumeurs ou de polypes dans le larynx, la bouche, le cou et la langue) ou indirecte (examen du larynx à l'aide d'un miroir).

D'autres examens sont possibles comme une tomodensitométrie (technique d'imagerie qui permet de voir des anomalies au niveau du cou), une IRM, une biopsie (examen qui consiste à prélever un fragment de tissu) et/ou une radiographie pulmonaire pour voir si la tumeur s'est étendue à d'autres parties du corps.

Cancer du larynx : Traitements

Le choix du traitement dépend de l'avancée du cancer et de sa localisation. La chimiothérapie peut être proposée, souvent en association à de la radiothérapie. Si le cancer est trop avancé, la chirurgie sera envisagée avec l'ablation partielle ou totale du larynx. Dans ce cas, le patient est porteur d'une trachéotomie, un trou au milieu du cou permettant de respirer.

Cancer du larynx : Evolution

Plus le cancer est pris à temps, plus le pronostic est bon. Une grande partie des métastases, s'il y en a, sont limitées au cou. Celles, plus rares, localisées dans les poumons ou le cerveau sont de mauvais pronostic. Après la guérison, des visites médicales régulières sont conseillées. En cas de laryngectomie (ablation du larynx) partielle, la voix risque d'être un peu différente, plus rauque ou voilée qu'avant. Si une laryngectomie totale ne peut être évitée, le patient devra conserver une trachéostomie permanente pour respirer et apprendre à parler d'une manière différente. Plusieurs possibilités existent pour communiquer, comme l'apprentissage de la voix pharyngienne, une méthode où le patient avale de l'air et l'expulse en créant des sons, ou la pose d'un électropharynx, un dispositif électronique stimulé par les mouvements musculaires, qui produit une voix mécanique

Après la chirurgie, les patients peuvent avoir de la difficulté à avaler, à déglutir ou même à mâcher.

Cancer du larynx : Sources

Gercor (Groupe coopérateur multidisciplinaire en oncologie)

Vulgaris-médical

Centre hospitalier de Cannes

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité